Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Mobilité

Ces collectivités qui choisissent d’abaisser la vitesse à 30 km/h

Publié le 26/08/2019 • Par Arnaud Garrigues • dans : A la une, Actu experts prévention sécurité, actus experts technique, France

lille 3
Ville de Lille
Après la métropole de Grenoble, c'est au tour de la ville de Lille d'abaisser la vitesse maximale de circulation à 30 km/h. Un choix que près de 200 communes ont déjà réalisé. Si la décision demande un certain courage politique au regard de la sensibilité du sujet, les bénéfices potentiels sont importants et constituent un moyen efficace d'aller vers des villes plus apaisées, où prime la qualité de vie.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Réduire la place des voitures en ville, c’est l’un des enjeux clés des prochaines décennies pour tous les élus urbains. L’idée est d’aller vers des villes plus apaisées, moins polluées, plus sûres, où les piétons et les autres mobilités douces sont mieux pris en compte. Pour cela, l’une des décisions emblématiques est de réduire la vitesse maximale autorisée, en passant de 50 km/h à 30 km/h. « Dans les années 1980, on a donné beaucoup trop de place à la voiture. Aujourd’hui, on est en train de revenir sur cette politique en encadrant beaucoup plus le stationnement et en diminuant la vitesse », confirme  Matthieu Chassignet, expert en mobilité à l’agence régionale des Hauts-de-France de l’Ademe.

Une décision transpartisane

Le sujet était à l’honneur des dernières universités d’été des partis ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ces collectivités qui choisissent d’abaisser la vitesse à 30 km/h

Votre e-mail ne sera pas publié

gege35

28/08/2019 08h13

le but, comme le dit l’article, c’est de réduire le trafic routier afin de réduire la pollution et les accidents.
j’adhère à l’idée mais …..
encore faut-il que les infrastructures évoluent; notamment les réseaux de transport en commun.
j’habite en périphérie d’une Métropole.

si je veux me rendre à mon travail en transport en commun : 1h15 de trajet avec 3 modes de déplacement(TER, bus, marche)
si je prends ma voiture : 15 minutes.

un autre exemple : je veux me rendre en ville en famille. si je me stationne en périphérie de la ville et que je prends le métro, cela me reviens à 15 euros pour 5 personnes. (5 billets à 1.5 euros à l’aller et 5 autres au retour) sous condition qu’il y ait encore de la place dans le parking relais qui est très limité….
si je vais directement en ville et que je me gare dans un parking souterrain en plein centre, cela me coute 4.5 euros pour l’après-midi.

conclusion : je vais continuer à prendre mon véhicule.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement