Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Education

Pour éviter le décrochage scolaire, des mesures originales plutôt que le renvoi du collège

Publié le 29/08/2019 • Par Nathalie Perrier • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, Innovations et Territoires, Régions

Jeunes_formation
Phovoir
Le département de la Seine-Saint-Denis applique, depuis plus de dix ans, des mesures alternatives à l’exclusion scolaire sèche dans ses collèges.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Seine-Saint-Denis, 1,6 million d’hab.] Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, l’affirme : « L’exclusion scolaire est la plus mauvaise des solutions. » Mais alors, quelles alternatives proposer ? En 2008, la Seine-Saint-Denis a initié, en lien avec l’Education nationale, les communes et des associations, le dispositif « Acte ». Objectif : redonner du sens à la sanction de l’exclusion et éviter le décrochage scolaire.

« Pour certains collégiens, l’exclusion est une aubaine. Ils ne comprennent pas le sens de la sanction, voire s’en glorifient. Au lieu d’aller à l’école, ils passent la journée chez eux à ne rien faire ou, pire, traînent dehors, avec tous les dangers inhérents. Nous voulons rendre cette période d’exclusion de deux à huit jours bénéfique », explique Laura Couvé, chargée du projet « climat scolaire, prévention du décrochage scolaire », au CD. La démarche peut être portée par une association ou par une ville. « Les fondamentaux restent les mêmes : une adhésion des parents, un temps de travail scolaire et un travail sur la compréhension de la sanction et sur la citoyenneté », précise-t-elle.

Suivi post-exclusion

L’association Artis multimédia, à Saint-Denis (111 300 hab.), accueille chaque année une centaine de jeunes dans le cadre de ce dispositif. « Je vois d’abord

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite

Régions

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pour éviter le décrochage scolaire, des mesures originales plutôt que le renvoi du collège

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement