Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Elus

Agressions envers les maires : que disent les chiffres ?

Publié le 20/08/2019 • Par Mathilde Elie • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France

mairie maire chateau ville commune élu vote bleu blanc rouge fr
Fotolia shocky
Le décès du maire de Signes, Jean-Mathieu Michel, a mis en lumière l’insécurité à laquelle les élus sont confrontés dans l’exercice de leur fonction. Une note du ministère de l’Intérieur, datée du 8 août et relayée par le JDD, donne une idée de l’ampleur du phénomène. Voici les cinq informations à retenir.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Menaces sur les réseaux sociaux, intimidations, violences physiques, agression au couteau, incendie volontaire… Les faits de violence sur les élus ne semblent avoir aucune limite. Depuis le décès du maire de Signes, Jean-Mathieu Michel, lundi 5 août, ces actes ont trouvé un véritable écho dans les médias. Une note du ministère de l’Intérieur, datée du 8 août et relayée par le JDD, apporte quelques détails sur le phénomène. Si le ministère précise que ces chiffres ne sont pas exhaustifs, la Gazette vous présente cinq informations à retenir.

361 maires et adjoints victimes de violences

En 2018, 361 maires et adjoints ont été victimes d’«atteintes volontaires à l’intégrité physique ». Près de 60% d’entre eux ont été victimes de menaces ou de chantages. 40% de « violences physiques non crapuleuses ».

En outre, 178 élus ont aussi été victimes d’«outrages à dépositaires de l’autorité ».

Violences en hausse entre 2017 et 2018, légère baisse en 2019

Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, les atteintes à l’intégrité physique et les outrages envers les élus ont connu une hausse de 9% en 2018 par rapport à 2017. Entre 2016 et 2017, la hausse était de 5 %, avec 317 victimes en 2016 contre 332 en 2017. « Ces augmentations sont plus importantes que celles touchant l’ensemble des professions », note le JDD.

Cependant, au regard des chiffres du premier semestre 2019, la tendance semble s’inverser. Aujourd’hui, les atteintes à l’intégrité physique des élus est très légèrement en baisse avec – 2%, contre une augmentation de 4% pour les autres professions.

Violences physiques en baisse et menaces en hausse

Dans le détail, les violences physiques contre les maires et les adjoints connaissent une forte baisse (-41%), tandis que les menaces et les chantages sont en nette augmentation (+20%).

Par ailleurs, les outrages contre les élus sont davantage en hausse (+7%) que dans l’ensemble des autres professions (+3%).

Des relations avec les administrés motif de départ

Ces incivilités et ces violences sont l’une des causes du désamour des maires pour leur écharpe. En effet, selon une enquête de l’Observatoire de la démocratie de proximité publiée en novembre 2018, en partenariat avec le Cevipof et l’Association des maires de France, un maire sur deux ne souhaite pas se représenter aux municipales de 2020. 36% des maires interrogés mettent en cause les relations avec leurs administrés de plus en plus difficiles.

De la compassion de la part des administrés

Selon un sondage Ifop pour le JDD, les maires recueillent 83% d’avis favorable et suscitent la compassion chez 65% des sondés qui estiment que les sanctions contre leurs agresseurs devraient être renforcées.

Dès le lundi 6 août, la commission des Loi du Sénat, soutenue par l’Association des maires de France, a annoncé vouloir organiser une grande consultation des élus pour identifier et quantifier les menaces qui pèsent sur eux et les violences dont ils font l’objet. Celle-ci est accessible en ligne depuis lundi 12 août, et un questionnaire a été envoyé ce jour aux élus.

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

L’adresse, outil de connaissance des territoires et levier d’efficacité des politiques publiques

de La Poste Solutions Business

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Agressions envers les maires : que disent les chiffres ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Stéphane LS

13/08/2019 05h59

Bonjour,
Pourriez-vous comparer les chiffres cités dans l’article à ceux concernant l’ensemble de la population française ? Cela permettrait de se rendre compte si les maires et leurs adjoints sont plus victimes d’agressions qu’un citoyen lambda ou pas.
Pour ma part, voici ce que j’ai trouvé : nombre de maire : 35 500 environ, nombre d’adjoints au maire : 100 000 environ. Cela nous donne :
(361/135500)x100 = 0,26% d’agression de maires et d’adjoints
(1/135500)x100 = 0,00073% d’homicide de maires et d’adjoints
Population française : 66 000 000 environ, nombre d’agression physique 2018 : 240 200, nombre d’homicide 2018 : 845 (source https://www.interieur.gouv.fr/Interstats/Actualites/Insecurite-et-delinquance-en-2018-premier-bilan-statistique)
(240 200/66 000 000)x100 = 0,36% d’agression de citoyens
(845/66 000 000)x100 = 0,00128% d’homicide de citoyens
En bref, nous sommes dans les mêmes ordre de grandeur, donc les maires et leurs adjoints ne sont pas plus ou moins agressés qu’un citoyen lambda.
Cordialement,
Stéphane

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement