Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Elus

Maire tué dans le Var : l’indignation des élus

Publié le 06/08/2019 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, Actu prévention sécurité, France, Régions

Jean mathieu Michel
@carolinecayeux/Twitter
Le premier magistrat de Signes dans le Var est mort, le 5 août 2019, fauché par une camionnette occupée par deux hommes à qui il avait reproché de jeter illégalement des gravats. L’émotion est considérable dans les mairies.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Le maire tué en fonction. A Signes, bourgade du Var (2 800 habitants) située près du circuit Paul Ricard, c’est la consternation après la mort du premier magistrat de la commune depuis 1983, Jean-Mathieu Michel. Selon le quotidien local Var Matin, l’édile serait intervenu, alors que deux ouvriers déposaient des gravats sur une aire sauvage. Il aurait demandé aux deux employés du BTP de recharger les déchets en attendant l’arrivée de la police municipale. Mais les contrevenants auraient effectué une manœuvre pour repartir et percuté violemment le maire. Jean-Mathieu Michel, 76 ans, est décédé sur place, malgré l’intervention des secours.

Le fléau des dépôts sauvages

L’émotion, dans les mairies, est considérable. De nombreux édiles ont décidé de mettre les drapeaux de leur hôtel de ville en berne, comme à Saint-Etienne. « Rien ne peut justifier que le maire d’une commune perde la vie alors qu’il constate une infraction, en application des pouvoirs de police que lui donne la loi », s’indigne l’AMF dans un communiqué. L’association présidée par François Baroin (LR) rappelle que les élus sont de plus en plus confrontés au « fléau des dépôts sauvages ». « Le volume annuel constaté est de l’ordre de 100 000 tonnes », dénonce l’AMF. L’association réclame la création dans le code pénal d’un délit de trafic de déchets et l’amélioration des pouvoirs de sanction des maires, « dont la responsabilité et celle de la commune peuvent être engagées s’ils ne font pas cesser les désordres résultant d’un dépôt sauvage ».

« Je suis révolté. Le maire n’est donc plus seulement « à portée d’engueulade » quand il se met au service du bien commun », se désole le président du Sénat Gérard Larcher. « Je souhaite, exhorte le numéro deux de l’AMF André Laignel que tout soit mis en œuvre pour que le mobile soit élucidé par les forces de gendarmerie afin de traduire les auteurs devant la justice de notre pays ». Sans attendre, la commission des lois du Sénat a décidé de lancer un questionnaire aux maires sur les menaces auxquelles ils sont confrontés dans l’exercice de leur mandat.

 

Thèmes abordés

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Maire tué dans le Var : l’indignation des élus

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement