Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transports

Faut-il sauver à tout prix les petits aéroports ?

Publié le 20/08/2019 • Par Isabelle Jarjaille • dans : A la une, A la Une finances, Actualité Club finances, France

Avion au départ
Phovoir
Un rapport dresse le tableau des aides publiques au transport aérien. Sur 86 aéroports étudiés, 70 sont déficitaires et ne survivent que grâce aux financements publics, notamment locaux. Or, en 2024 les subventions permettant de combler les déficits d'exploitation seront interdites par la Commission européenne, ce qui, pour l'auteur du rapport, signerait la mort des petits aéroports.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Commandé par l’association Qualité Mobilité, dont la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) est membre, le rapport intitulé Les Aides publiques au transport aérien fait une synthèse de tous les financements publics pour les 86 aéroports recensés par l’Union des Aéroports Français, en France métropolitaine. Selon Jacques Pavaux, consultant aéronautique et auteur de l’étude, « 17 aéroports, supérieurs à un million de passagers par an concentrent plus de 95 % du trafic total ». Les plates-formes de Orly et Charles-de-Gaulle – Aéroports de Paris – concentrant 56 % du trafic national.

90 millions d’euros

Les 70 aéroports restant sont structurellement déficitaires et ne survivent que grâce aux aides publiques : subventions d’exploitation et d’investissement, de la part des collectivités locales ou des Chambre d’industrie et de commerce. Mais également réduction de la taxe foncière, mise à disposition de personnel ou aides à l’ouverture de nouvelles lignes, via un rabais sur les redevances aéroportuaires. Au total Jacques Pavaux estime à plus de 90 millions d’euros les aides publiques annuelles au transport aérien, provenant des collectivités et de l’État – son étude, livrée fin juillet 2019, ne tient pas compte de l’annonce de la ministre des Transports le 9 juillet : une nouvelle taxe sur le transport aérien, qui rapporterait 182 millions d’euros par an.

« Nous souhaitons estimer la pertinence de ces aides, explique Bruno Gazeau, président de la Fnaut.  Il y a des cas où c’est légitime, mais d’autres où on peut trouver des solutions plus économes. » Un constat déjà porté par la Chambre régionale des comptes de Bretagne dans son rapport d’activité 2018.

Stratégie aéroportuaire dans le Sraddet breton ?

Traitant de la situation des neuf aéroports bretons, la Chambre recommandait d’intégrer dans le futur Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (Sraddet) une stratégie aéroportuaire « prenant en compte […] l’ensemble du paysage aéroportuaire du grand ouest [et] intégrant les évolutions induites par la mise en service de la LGV ». Des conclusions qui laissent Gérard Lahellec dubitatif. « On peut toujours faire des schémas, ironise le vice-président aux Transports de la Région Bretagne (propriétaire des plate-formes de Rennes, Dinard, Quimper et Brest). Mais comment est-ce que l’on détermine ce qui est d’utilité publique ? »

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Les préalables à la certification des comptes des collectivités locales

de Experts Comptables

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Faut-il sauver à tout prix les petits aéroports ?

Votre e-mail ne sera pas publié

jean-marc

21/08/2019 09h25

Il y en a encore qui croient que les ETATS sont souverains sur leur politique des services publics?
Au vu de cet article, il est clair que L’union Européenne dicte sa loi aux Etats.
Certes il ne s’agit que de transport aérien, mais est-il bien utile ? développement durable ? politiquement local adapté ? de TOUT céder à la loi du marché Ultra libéral ?
Comment assurer le développement local, l’équité territoriale, sans possibilité de subventions ?
Nous avons déjà un pied dans le vide… devons-nous poursuivre dans ce sens?

Serge1126

29/08/2019 08h36

Il est clair que le ratio subvention par voyageur, est largement supérieur pour l’aérien, à comparer au train.
Quand on pense que les trains de nuits ne pouvaient plus être subventionnés, hormis les 3 liaisons restantes, Paris=>Rodez, TOULOUSE et La Tour de Carol, et Paris Briançon.
L’Europe dicte ses lois, enfin la pensée ultra-libérale veut imposer sa vision économique. Ne pas oublier que l’enfer des pauvres crée le paradis des riches.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement