Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Stratégie de lutte contre la pauvreté

Revenu universel d’activité : un début de concertation bien vague

Publié le 01/08/2019 • Par Catherine Maisonneuve Isabelle Raynaud • dans : Actu expert santé social, France

social-depense-argent-tirelire
xtock / AdobeStock
Lancé mi-juin, la concertation sur la future allocation qui doit notamment remplacer le RSA a achevé sa première phase. Mais il reste difficile pour l'heure de se faire une idée de ce à quoi le RUA ressemblera...

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Le 11 juillet, la ministre des Solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, et sa secrétaire d’Etat, Christelle Dubos, présidaient le comité national du Revenu universel d’activité (RUA). Il a permis, pour la première fois, de réunir l’ensemble des acteurs participant à la concertation. Depuis le lancement de la concertation, mi-juin, les membres avaient seulement travaillé au sein de leur collège. Six existent :

  • trois collèges pléniers (associations, collectivités territoriales, partenaires sociaux) ;
  • trois collèges thématiques (jeunes, handicap, logement).

Une allocation encore floue

La concertation doit permettre de donner une forme précise au RUA, annoncé par le président de la République en septembre 2018. Pour en finir avec le « maquis des prestations existantes » qui « ne permettent pas de ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Revenu universel d’activité : un début de concertation bien vague

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

02/08/2019 09h30

Le revenu universel d’activité est un sujet complexe mais sa mise en œuvre est indispensable pour mettre fin au maquis actuel dont certains connaissent parfaitement les méandres.

Il est vrai que plusieurs questions se posent:
– faut-il que ce RUA soit égal au revenu d’une activité professionnelle?
– faut-il que ce revenu soit individualisé pour mettre fin à l’anomalie des couples disposant globalement de revenus plus élevés?
– faut-il que les enfants puissent en bénéficier dans une moindre mesure?
– que veut dire « revenu décent »?

Il me semble encore une fois qu’il faut mettre en place une mesure simple très lisible qui ne laisse personne de côté mais qui n’en favorise pas certains!

Le premier problème vient de la connaissance même des aides que perçoivent les personnes dans le besoin.
Qui connait le montant des aides versées par les collectivités pour permettre à certains enfants de déjeuner correctement? Faut-il interdire ce type d’aide indirecte?
Les réponses à ces questions sont difficiles. Mais il faudra se les poser car si on ne connait pas le périmètre exact des aides, il sera difficile d’arbitrer et de décider.

Comme tout ce qui touche à l’argent se termine en France par une question fiscale, je pense que c’est de ce côté que l’on trouvera les réponses.
Comme il faut faire simple, cette recette doit être fiscalisée mais non imposable. Ainsi si on individualise sa perception, toute recette du conjoint serait alors prise en compte pour le paiement de l’impôt.
Cela entraine de fait de revoir la question de la fiscalité sur le revenu. Si ce point n’est pas pris en compte, encore une fois on va créer une usine à gaz qui ne résoudra aucun problème, qui coûtera énormément d’argent et qu’il faudra changer à court terme.

Juste une question: pourquoi ne pas envisager un RUA pour tous imposable, somme pour laquelle l’impôt ne serait pas perçu mais toute recette au-delà de cette somme serait immédiatement imposable?

Commenter
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement