Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Billet

Une pause avant une rentrée sous tension

Publié le 26/07/2019 • Par La Rédaction • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, Billets finances, France

Storm approaching the beach
©Javier C. Acosta - stock.adobe.com
Comme tous les vendredis, retrouvez l’édito du Club Finances. Cette semaine, rappel d’une urgence : il est temps de se mettre un peu au repos pour se préparer à une rentrée très dense et probablement très tendue, compte tenu de l’agenda gouvernemental, parlementaire et électoral.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

 

Cette fois, c’est la quille. Durant les quinze premiers jours d’août, votre site préféré va réduire la voilure pour –c’est paradoxal – prendre le large. Mais il ne baisse pas le store pour autant. En plus des articles d’actualité, vous retrouverez quelques rendez-vous comme les fiches finances et le dossier web durant cette période estivale.

A partir du 6 août, le Club vous propose une série d’articles sur les atouts et les limites de la comptabilité analytique, histoire de ne pas perdre de vue les enjeux essentiels du futur.

Reprise de la newsletter le 26 août

La newsletter de rentrée vous arrivera dans vos boites mail dès le 26 août. Il n’y a pas de temps à perdre car l’automne s’annonce bien chargé. Outre le projet de loi de finances pour 2020 avec un débat sur la réforme fiscale qui s’annonce riche et incertain, une nouvelle loi de programmation des finances publiques est annoncée, de façon à réajuster la trajectoire des dépenses publiques selon les directives européennes.

A ne pas douter que les représentants des associations d’élus locaux monteront au créneau pour éviter d’alourdir la contrainte financière qui pèse déjà sur les collectivités. Le match s’annonce serré, dans un contexte de lancement de la campagne électorale pour les municipales qui n’incitera pas à l’apaisement et au consensus.

Il est donc bien temps de lever le pied avant cette rentrée sous tension. Bonnes vacances et bonne lecture des articles du Club Finances sur vos tablettes et smartphones !

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une pause avant une rentrée sous tension

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

29/07/2019 09h26

L’usage des mots comme celui de « réforme » est très souvent détourné de son sens premier.
La définition du Larousse est la suivante: « Changement de caractère profond, radical apporté à quelque chose, en particulier à une institution, et visant à améliorer son fonctionnement ».

La réforme de la fiscalité locale telle qu’elle est annoncée est loin de répondre à cette définition. S’il est vrai que l’objectif est de redistribuer les cartes (les recettes par nature de collectivité), on ne change rien sur le fond. On ne modifie pas le mode de calcul de ces recettes qui restent, pour la plupart, sur des bases anciennes qui n’ont plus rien à voir avec la période actuelle.

Assujettir les personnes sur des bases physiques (un bien immobilier) alors que les sommes qui se déplacent à travers le monde (richesse) sont sans aucune mesure comparables, est le signe d’une peur du changement.
Par ailleurs les élus se plaignent d’une désaffection de la chose publique par une grande partie de la population, le lien déjà distendu entre la population et son territoire est encore plus affaibli. Déjà par le passé, une minorité de la population s’acquittait de taxes locales. Qu’en sera-t-il sous peu?

Quelle relation financière existe-il entre la population d’une commune et cette dernière? Idem pour les intercommunalités, les départements, les régions et tous syndicats que l’on peut construire entre ces entités.

Je suis favorable à la mise en place d’une fiscalité locale, simple, facile à comprendre et que tout le monde paye… dans les limites de sa capacité contributive!

Mais le taux de cette fiscalité ne doit pas être laissé à l’initiative des élus locaux. Il doit exister un chiffre maximum au niveau national et non pas comme c’est le cas actuellement « 2,5 fois le taux moyen de la strate… » qui permet tous les débordements.
Le système à mettre en place est très simple, tellement qu’aucun haut fonctionnaire n’a réussi à l’imaginer. Revenons au bon sens paysan et la bonne solution sera mise en œuvre.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement