Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Social

Un engagement fort pour diminuer les inégalités sociales de santé

Publié le 06/08/2019 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

mixite-sociale-foule-diversite-population-multiculturalisme
Adobe Stock
Les intercommunalités et les collectivités du Réseau français des villes-santé de l’OMS sont engagées de façon volontariste pour la santé de tous leurs habitants et habitantes. Sa présidente, Charlotte Marchandise-Franquet,, qui est aussi adjointe (soc. civile) à la mairie de Rennes, l'affirme : c’est une ressource essentielle et nécessaire pour bien grandir, aimer, s’engager, travailler, se cultiver et vieillir.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Charlotte Marchandise-Franquet

Charlotte Marchandise-Franquet

présidente du Réseau français des villes-santé de l'OMS

Les intercommunalités et les collectivités du Réseau français des villes-santé de l’OMS sont engagées de façon volontariste pour la santé de tous leurs habitants et habitantes. C’est une ressource essentielle et nécessaire pour bien grandir, aimer, s’engager, travailler, se cultiver et vieillir. Pourtant, nous faisons le constat quotidien des inégalités sociales de santé existantes dans notre pays, et particulièrement dans les quartiers prioritaires de la ville.

Impact de l’environnement sur la santé physique et mentale

Les 22 et 23 mai, les membres du réseau se sont réunis à Marseille pour l’assemblée générale et lors d’un colloque ouvert sur le thème « environnements intérieurs de qualité : les villes s’engagent pour la santé des habitants ».
Quel que soit le lieu concerné, nous passons la plupart de notre temps à l’intérieur. La qualité de cet environnement a un impact sur notre santé physique et mentale. Ainsi, les moisissures, la pollution de l’air, les températures extrêmes, le radon, les équipements inadaptés, le bruit ont un effet négatif sur la santé des habitants. Les plus exposés à ces nuisances sont aussi les plus vulnérables de nos sociétés.

A la suite de ce colloque, les élus et les techniciens des villes et intercommunalités du réseau ont souhaité publier un manifeste pour interpeller et partager leur inquiétude sur un désengagement progressif de l’Etat sur les territoires.
En effet, même si les ARS s’engagent, notamment par le biais des contrats locaux de santé, de nombreux dispositifs nationaux sont suspendus sans que la décision ne soit justifiée par une évaluation. Historiquement, la politique de la ville agit par ses crédits spécifiques auprès des publics vulnérables en particulier par le biais des ateliers santé ville, en complément des actions de santé de proximité mises en œuvre par les collectivités. Les villes-santé de l’OMS souhaitent aujourd’hui que les crédits déconcentrés de l’Etat soient renforcés.

Nécessité d’intervenir auprès des publics les plus précaires

De plus, nos collectivités considèrent que la politique de la ville se doit d’intégrer systématiquement la santé dans ses priorités. Nous réaffirmons la nécessité d’intervenir auprès des publics les plus précaires, tant dans l’accès aux soins que dans les actions de prévention et de promotion de la santé. Aussi, le logement étant un déterminant majeur de la santé, le réseau s’inquiète-t-il de la diminution des moyens disponibles pour la rénovation et la construction de logements sociaux. Nous rappelons à l’Etat qu’il en va de l’intérêt général et qu’il ne peut s’en affranchir dans le contexte social qui est le nôtre.

Nous, villes et intercommunalités, souhaitons être considérées comme des « grands opérateurs de territoire », partenaires indispensables de l’égalité républicaine aux côtés des ARS et des préfectures, au même titre que les « grands opérateurs thématiques ».

Ensemble, nous voulons lutter contre l’exclusion et accompagner tous les citoyens et citoyennes vers une meilleure santé.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un engagement fort pour diminuer les inégalités sociales de santé

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement