Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Economie

La Souterraine cherche la sortie du tunnel

Publié le 29/07/2019 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Une journŽe ˆ La Souterraine
Valerio Vincenzo / hanslucas.com
Deux ans après un gros plan de licenciements chez un équipementier automobile, qui avait provoqué la première fracture entre Emmanuel Macron et la France périphérique, la commune de la Creuse mise sur le renouveau de son centre-ville.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Les habitants des provinces lointaines n’avaient pas encore enfilé leur gilet jaune. Mais à La Souterraine, les racines de la colère contre Emmanuel Macron étaient déjà là voici près de deux ans. A l’origine de la cassure : une visite présidentielle dans le département voisin de Corrèze, le 4 octobre 2017, à Egletons (4 300 hab.). Une heure et demie avant l’arrivée du chef de l’Etat, les forces de l’ordre avaient envoyé du gaz lacrymogène contre des édiles de la Creuse en écharpe tricolore, souvent âgés de plus de 70 ans. Une charge particulièrement mal vécue par des élus venus protester contre le plan social chez l’équipementier automobile GM & S à La Souterraine, premier employeur industriel de leur département.

« Cela a été d’une violence inouïe. On n’est pourtant pas du genre à forcer un cordon de CRS », ne comprend toujours pas le premier magistrat (ex-PS) de La Souterraine, Jean-François Muguay. De retour dans leur collectivité, les édiles ont retourné ou décroché le portrait d’Emmanuel Macron. Le prologue de la fronde des maires contre « le président des métropoles ».

« Au lieu de foutre le bordel »

Au cours de ce même déplacement à Egletons, Emmanuel Macron avait aussi ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La Souterraine cherche la sortie du tunnel

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement