Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Rémunérations dans la FPT

Salaires dans la FPT : ça progresse un peu !

Publié le 23/07/2019 • Par Bénédicte Rallu • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Rémunération - Primes et indemnités
AdobeStock
Selon les derniers chiffres publiés par l’Insee le 23 juillet, le salaire net mensuel moyen dans la fonction publique territoriale atteignait 1944 euros en 2017. Soit une petite augmentation de 1% en un an, en euros constants. C’est plus que les trois années précédentes. Les femmes touchent 9,1% de moins en moyenne que les hommes.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Les salaires ont progressé de +1% en euros constants (1) dans la fonction publique territoriale entre 2016 et 2017, selon les dernières statistiques publiées par l’Insee ce 23 juillet.

C’est davantage que les trois années précédentes (+ 0,8 % en 2014 et en 2015, + 0,4 % en 2016). Pour l’Insee, « ces hausses successives font plus que compenser les baisses du début de la décennie : le salaire net moyen en 2017 est, en euros constants, supérieur de 1,7 % à son niveau de 2010 ».

Figure 1 Insee salaires FPT 23 juillet 2019 web

1 944 euros nets par mois

Le salaire net moyen se situe à 1944 euros nets par mois en équivalent temps plein (EQTP), tous statuts confondus (2).
Mais le salaire médian n’est que de 1758 euros nets par mois …

Le salaire brut moyen en EQTP (2363 euros par mois) a, lui, augmenté plus significativement  (+1,4 % en euros constants) que le salaire net en raison d’une augmentation des taux de cotisations salariales, principalement au titre de la réforme des retraites de 2010 (+ 0,35 point au 1er janvier 2017 pour les fonctionnaires notamment), explique l’institut de statistiques.

Augmentation de 1,8% pour près de deux tiers des effectifs

Le salaire net moyen des salariés présents toute l’année en 2016 et en 2017 chez le même employeur et avec la même quotité de travail, c’est-à-dire la rémunération nette moyenne des personnes en place (RMPP) augmente de 1,8 %.

Cela concerne près de deux tiers des effectifs de la FPT (74% des fonctionnaires et 33% des non-fonctionnaires, catégorie dans laquelle l’Insee inclut contractuels, bénéficiaires de contrats aidés et salariés relevant d’autres statuts  comme les collaborateurs de cabinet, etc.).

Effet hausse de la valeur du point d’indice et de PPCR

La rémunération nette moyenne des fonctionnaires (+1%) augmente légèrement moins que celle des non-fonctionnaires (+1,2%).

La différence est cependant à relativiser. Les fonctionnaires bénéficient d’un salaire plus élevé : 2026 euros nets en moyenne par mois en EQTP, contre 1633 euros nets par mois pour les non-fonctionnaires.

En outre, la baisse du nombre de contrats aidés, moins rémunérés, a fait mécaniquement augmenter la moyenne du salaire net des non-fonctionnaires. Hors contrats aidés, le salaire net moyen des non-fonctionnaires n’augmente en effet que de 0,5 %.

Pour les fonctionnaires, le salaire brut moyen a augmenté de 1,4% (2456 euros par mois). Le traitement indiciaire brut  représente 77% de la somme, les primes et rémunérations annexes : 23%.

Figure 3 Insee salaires FPT 23 juillet 2019 web

En 2017, c’est le traitement indiciaire brut (en croissance de 1,8%), qui a essentiellement tiré les rémunérations vers le haut. Les fonctionnaires ont en effet bénéficié cette année-là de l’augmentation de la valeur du point d’indice (effet en année pleine de la hausse de 0,6% en juillet 2016 puis de celle de 0,6% en février 2017) et de la mise en œuvre du protocole relatif aux parcours professionnels, aux carrières et aux rémunérations de la fonction publique (PPCR).

« Le traitement indiciaire brut moyen explique presque toute la hausse du salaire brut moyen en 2017. Les primes et  rémunérations annexes n’augmentent en effet que modérément (+ 0,3 %), en raison notamment du transfert d’une partie des primes en points d’indice », analyse l’Insee.

Salaires plus dynamiques dans la catégorie A

Les fonctionnaires de catégorie A ont vu leur salaire net moyen croître de +1,6%  en euros constants (3385 euros par mois). La progression a été moindre pour les deux autres catégories : + 0,6%, 2358 euros pour la catégorie B ; + 1,1%, 1789 euros pour la catégorie C.

Figure 4 Insee salaires FPT 23 juillet 2019 web

Ce dynamisme des rémunérations des plus hauts fonctionnaires s’explique « notamment par la mise en place de nouveaux grades et cadres d’emplois aux indices plus élevés (par exemple, la création d’un grade d’attaché hors classe), en lien avec la mise en place du PPCR », éclaire l’Insee.

Meilleures rémunérations dans les départements et les régions

Le salaire net moyen apparaît le plus élevé dans les départements (2159 euros), puis dans les régions (2078 euros). Il progresse d’ailleurs de + 1,4% dans cette dernière strate.

Dans les communes, qui sont les principaux employeurs de la FPT (54 % de l’emploi total en EQTP), il n’est que de 1843 euros par mois.

Les femmes toujours moins bien payées

L’écart de rémunération entre les femmes et les hommes reste quasi stable. Le salaire net des femmes  (1867 euros par mois) est inférieur de 9,1 %, en moyenne, à celui des hommes (2053 euros). En 2016, cet écart était de 9,2 %. Il est « moins important que dans les autres versants de la fonction publique », relève toutefois l’Insee.

À profils identiques, l’écart est de 4,9 % en 2017. Mais plus on monte dans la hiérarchie, plus cet écart est marqué :

  • 15,6% en catégorie A,
  • 6,8 % en catégorie B,
  • 10,1 % en catégorie C.

Parmi les 10 % des salariés les  mieux rémunérés, seulement la moitié sont des femmes, alors qu’elles sont 59 % dans l’ensemble de la FPT.  En bas de l’échelle, deux tiers sont des femmes parmi les 40 % des salariés les moins rémunérés.

 

Salaires des fonctionnaires : comparez, simulez

Appli-salaire-gazette-

Références

Cet article est en relation avec les dossiers

Thèmes abordés

Notes

Note 01 Hausse corrigée de l’inflation. L’augmentation a été de +2,1 % sur un an en euros courants Retour au texte

Note 02 Cette moyenne prend en compte tous les agents civils des collectivités territoriales, tous emplois et catégories confondus, qu’ils soient fonctionnaires ou non. Retour au texte

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Salaires dans la FPT : ça progresse un peu !

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

24/07/2019 11h59

Un article intéressant sur l’évolution des salaires sur une courte période.
Mais une carrière ce n’est pas seulement deux ou trois de salaire. Pour les plus anciens, c’est quarante ans!

Si on recherche l’évolution des salaires sur cette longue période, les conclusions ne sont plus tout à fait les mêmes.
Si aujourd’hui, les grilles des agents de catégorie A ont progressé, force est de constater que le différentiel en début de carrière entre un agent de catégorie A et un de catégorie C est beaucoup plus resserré qu’en 1980.

C’est vrai de nouveaux grades sommitaux ont été créés. Mais n’oublions pas que pour y accéder les conditions sont draconiennes et ne concernent donc qu’une infime part des agents.
Comme par le passé, les conditions d’accès seront assouplies… dans quelques années, au détriment d’agents qui auraient pu en bénéficier dès maintenant.

Je terminerai en rappelant que l’Etat est en train de mettre en place des grilles particulièrement attractives pour des emplois spécialisés où il est difficile de recruter. C’est bien la preuve que malgré les mesures décidées on est encore loin du compte.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement