Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Médicosocial

Quand la protection maternelle et infantile part à la rencontre des plus défavorisés

Publié le 01/08/2019 • Par Françoise Sigot • dans : Innovations et Territoires, Régions

PMI_suivi PMI_migrant_SDF
Thierry Fournier METROPOLE DE LYON
Migrantes ou SDF, les femmes enceintes ou les mères de famille ne connaissent pas ou n’osent pas demander à bénéficier d’un suivi médical pour elles et leurs bébés. De plus en plus de très jeunes enfants et de femmes enceintes vivent dans la rue. Des médecins et des infirmières puéricultrices de la protection maternelle et infantile de la métropole de Lyon se rendent régulièrement sur leurs lieux de vie pour leur apporter soins et soutien.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Métropole de Lyon, 1,3 million d’hab.] Très régulièrement, médecins, infirmières puéricultrices et parfois sages-femmes du service de PMI de la métropole de Lyon se joignent aux équipes de Médecins du monde lors de maraudes. « Tous sont volontaires », souligne la docteure Marie-Sophie Barthet-Derrien, directrice adjointe de la PMI. Ils interviennent durant leur temps de travail auprès des jeunes enfants et des femmes enceintes. La procédure est bien rodée. Ces maraudes, réalisées sur tout le territoire de la métropole, à la belle saison essentiellement, sont préparées en amont par Médecins du monde et la PMI. Car cette dernière n’intervient que sur la sollicitation des premiers. « Médecins du monde organise chacune de nos visites, prévient les familles et leur explique notre rôle », précise la directrice adjointe.

Les échéanciers de ces rendez-vous, souvent calés tôt le matin, avant que les familles ne quittent les squats ou les bidonvilles, varient donc selon les besoins identifiés par l’association humanitaire. « Nous sommes là pour faire le lien entre les personnes que nous rencontrons dans les squats ou les bidonvilles et les dispositifs de droit commun, mais il est souvent plus facile d’établir cette relation par un premier contact sur les lieux de vie de ces personnes », témoigne Guillemette Hannebicque, médiatrice « santé » au sein de Médecins du monde. C’est pourquoi l’association a sollicité la PMI il y a plus d’une dizaine d’années pour instaurer cette mesure.

Dispositifs de droit commun

Pour les équipes de la PMI comme pour Médecins du monde, l’objectif est bien de faire rentrer ces femmes et ces enfants dans le schéma classique des dispositifs de droit commun, en l’occurrence de les amener à pousser régulièrement la porte d’un centre de la PMI. « Il est en général compliqué d’intervenir dans un bidonville ou dans un squat pour vacciner des enfants, les peser, prendre le temps de faire une consultation précise ou suivre une grossesse. Certes, nous pouvons parfois le faire, mais notre objectif est surtout d’entrer en contact avec ces familles, de tisser un premier lien et de les inciter à venir dans l’un de nos centres de consultation », explique Marie-Sophie Barthet-Derrien (lire ci-dessous). La plupart du temps, les visites sur site se concluent par un rendez-vous. Bien évidemment, « nous devons faire preuve de souplesse en prévoyant des rendez-vous non pas sur un créneau horaire précis, mais sur une demi-journée ou une journée. Beaucoup de familles se déplacent, car la santé d’un enfant ou d’une future maman est fédératrice », poursuit-elle.

En général, les professionnels de la PMI interviennent

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quand la protection maternelle et infantile part à la rencontre des plus défavorisés

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement