Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[ÉDITORIAL] Service public

La techno parade

Publié le 26/07/2019 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

GAZ30_novlangue
D.R.
Le mal court, sapant les fondements du service public. De l’urbanisme à la culture, en passant par le social, aucun domaine n’échappe à la novlangue, avec son cortège de sigles abscons et de phrases interminables… Elle envahit tout.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Service public : les ravages de la novlangue

Aucun tweet vengeur n’y a été consacré. Pas le moindre communiqué non plus à son propos. Encore moins de colloque en préparation. Et pourtant, le mal court, sapant les fondements du service public. De l’urbanisme à la culture, en passant par le social, aucun domaine n’échappe à son empire. Avec son cortège de sigles abscons et de phrases interminables, la novlangue envahit tout.

Ainsi, la maire (PS) de Nantes Johanna Rolland loue sa métropole « qui permet d’être au monde sans le subir ». Que veut-elle dire par là ? Mystère et boule de gomme. Le candidat dans la capitale Benjamin Griveaux (LREM) n’est pas en reste, qui, devant des responsables associatifs de la capitale, glose sur « la granularité de la data » et le « goodwill réputationnel ». Un sabir techno-managérial en forme de voyage au bout de l’ennui. Quant aux gourous de la démocratie participative, ils se posent en grands manitous de la « citoyenneté active ». L’expression sonne agréablement aux oreilles. Mais la citoyenneté n’est-elle pas, par définition, active ? Peu importe. Ce pléonasme fait autorité, à l’instar du « tri sélectif ». « Est-ce si grave, docteur ? » relativisent certains.

Tour d’ivoire

Après tout, chaque milieu produit son jargon et il ne faut pas confondre technicité et novlangue. Ces arguments pourraient s’entendre si la cote d’alerte n’était pas dépassée depuis belle lurette. Qui, sans posséder les codes, est capable de comprendre spontanément ce que recouvrent les expressions « décorrélation du point d’indice », « mobilité douce » ou « mineurs non accompagnés » ? Sûrement pas le vulgum pecus, « les gens qui fument des clopes et roulent en diesel », comme dirait l’ex-porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. La novlangue, à laquelle, balayons devant notre porte, il arrive à « La Gazette » de s’adonner, tue à petit feu la langue française. Elle enferme dans une tour d’ivoire. Pire, elle creuse la fracture sociale qui sévit dans les services des collectivités. Comme le redoutait déjà voici quelques années Manuel Valls, la parole publique est bel et bien en train de devenir une langue morte.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La techno parade

Votre e-mail ne sera pas publié

mac

06/08/2019 05h01

Merci! En effet, tout métier a un tendance naturelle à jargonner mais les proportions atteintes sont parvenues à des sommets de ridicule inquiétants.
Et n’oublions pas que la novlangue a pour but de faire perdre son sens au langage et ainsi d’instaurer la dictature en ayant ôté les moyens de verbaliser certains concepts .

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement