Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Gestion de paie

Une retenue à la source sans débordement

Publié le 31/07/2019 • Par Aurélia Descamps • dans : Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Businessperson Calculating Invoice
Andrey Popov/Adobestock
Lancé le 1er janvier 2019, le système de prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu a bousculé les missions des gestionnaires de paie de la fonction publique territoriale. Quelques mois plus tard, la réforme semble pleinement assimilée.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Six mois après l’entrée en vigueur du prélèvement à la source (PAS) « les choses fonctionnent, et fonctionnent bien, s’est félicité cet été le ministre de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin. Les contribuables se sont immédiatement approprié la réforme. » Pour les employeurs territoriaux aussi, en tant que collecteurs, c’est devenu « la routine », témoigne, par exemple, Valérie Dehaudt, agente administrative à Neuf-Berquin (9 agents, 1 200 hab., Nord) : « La déclaration, la récupération des taux, le mandat : cela me prend moins d’une heure par mois. »

Des efforts sur la préparation

A posteriori, l’évolution peut sembler modeste. Elle a pourtant demandé aux gestionnaires de paie de revoir l’organisation et le contenu de leur travail. Ils ont inséré dans leur calendrier de nouvelles échéances, fiscales. Pour alléger les contraintes de planning, la date d’ouverture mensuelle du service de déclaration « Pasrau » a d’ailleurs été avancée, à partir de juin, du 25 au 1er de chaque mois. L’outil « Topaze » qui permet de recevoir en avance les taux de PAS de nouvelles recrues et ainsi éviter de leur appliquer le barème par défaut au début, a aussi intégré les usages. « Il est simple à utiliser et la réponse est très rapide. Cela requiert juste de l’anticipation, en lien avec les collègues responsables du recrutement », constate Samia Redjem, coordinatrice budgétaire et « rémunération » du centre interdépartemental de gestion (CIG) de la petite couronne de la région d’Ile-de-France (372 collectivités affiliées, 290 agents).

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une retenue à la source sans débordement

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement