Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Social

Retraites : ce qui va changer pour les fonctionnaires

Publié le 18/07/2019 • Par Véronique Vigne-Lepage • dans : A la une, A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

retraites
Capture compte Twitter d'@EPhilippePM
Jean-Paul Delevoye a présenté le 18 juillet ses préconisations pour le futur système de retraite universel. Les changements - positifs ou négatifs - proposés pour les fonctionnaires sont nombreux. Revue des plus importants.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

A quelle sauce seront croqués les fonctionnaires ? Le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye a remis le 18 juillet un rapport de 132 pages au Premier ministre, Edouard Philippe, sur sa vision du futur système de retraite universel et qui doit servir de base à la rédaction d’un projet de loi.

Ce rapport entre dans le détail des spécificités appelées à être supprimées, modifiées ou créées pour les fonctionnaires.

Un calcul de la retraite sur toute la carrière au lieu des six derniers mois

Fini le calcul de la retraite sur les six derniers mois, qui venait couronner des carrières linéaires et ascendantes dans la fonction publique. Pour plus d’équité par rapport aux salariés du privé et parce que les itinéraires professionnels sont plus complexes qu’autrefois, ce calcul se fera sur l’ensemble de la carrière pour tous les Français. Cela signifie que chaque euro cotisé donnera les mêmes droits à tous. Ces droits consisteront en un nombre de points, dont la somme permettra, in fine, de calculer la pension.

L’intégration des primes dans l’assiette de cotisation

Jean-Paul Delevoye l’avait annoncé dès le début de la concertation, il le confirme ici : les primes des fonctionnaires seront prises en compte dans le calcul de leur retraite. Le taux de cotisation sera le même dans le public que dans le privé : 28,12%, avec une répartition employeur-employé fixée à 60%-40%.

Mais pour que le passage à une assiette de cotisation élargie ne soit pas trop rude pour les agents publics, une concertation spécifique fixera les modalités d’une transition, prévue sur 15 ans. De même en sera-t-il pour les contractuels de la fonction publique, dont les taux de cotisation (employeurs comme agents) à l’Ircantec sont actuellement réduits.

Au sein de cette cotisation de 28,12%, seuls 90% ouvriront des droits pour la retraite. Les 10% restants serviront à financer les dispositifs collectifs de solidarité prévus dans le nouveau système : les périodes de maternité, chômage, maladie ou invalidité ouvriront en effet des droits à la retraite, ce qui n’est actuellement pas le cas.

Une majoration dès le premier enfant

Le système préconisé par Jean-Paul Delevoye à titre de bonus pour enfant s’avère plus favorable au système existant actuellement dans le public, « en tout cas pour les deux premiers enfants », précise-t-on dans l’entourage de Jean-Paul Delevoye. Cette majoration de points sera de 5% dès le premier enfant, voir plus au-delà de deux. Ce bonus pourra être partagé entre les parents ou, à défaut, sera attribué à la mère.

L’incitation à travailler au-delà de 62 ans

Alors que la Drees vient de pointer qu’en 2016, une majorité de fonctionnaires liquidaient leur carrière à 60 ans, Jean-Paul Delevoye assume la proposition que 62 ans ne soit qu’un âge minimum de départ : «Le système universel incitera au prolongement de l’activité », écrit-il dans son rapport.

Pour ce faire, il préconise un système de décote et de surcote avant et au-delà de 64 ans.

Sachant que l’atteinte du taux plein déclenche actuellement, très souvent, la liquidation, le Haut-commissaire associe encore ce terme à l’âge de 64 ans, bien que la notion de taux plein n’ait plus de sens dans un système à point. Le principe reste le même : il s’agira de l’âge auquel les assurés atteindront le taux de rendement maximal, soit 5,5%.

Ce pivot à 64 ans est fixé pour la génération 1963, qui sera la première concernée, mais cet âge pourra changer au gré de l’augmentation de l’espérance de vie de la population française. Sans doute faudra-t-il évoquer une limite.

Enfin, toujours pour favoriser l’activité, la possibilité d’une retraite progressive sera instaurée. Les cotisations versées dans le cadre d’un cumul travail-retraite ouvriront aussi le droit à des points, permettant ainsi d’augmenter sa pension.

L’extinction des « catégories actives »

Le rapport de Jean-Paul Delevoye appelle à « l’extinction progressive » des dérogations qui permettent actuellement aux personnes exerçant des métiers de « catégories actives » de partir à 52 ou 57 ans. Dans la fonction publique territoriale, c’est le cas, par exemple, des égoutiers ou encore de certains agents techniques. Cette « extinction » se fera de manière progressive sur 15 ans, avec un âge d’ouverture des droits relevé de 4 mois par génération.

« Mais tous les agents de catégories actives ayant 17 ans de service – soit environ la moitié des personnes concernées par le dispositif – conservent leur droit à un départ anticipé », rassure l’entourage de Jean-Paul Delevoye.

Tableau retraite

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Pour les autres, le Compte personnel de prévention (C2P), déjà mis en place dans le privé, est étendu au public. Une concertation spécifique doit simplement s’engager pour adapter les seuils prévus pour entrer dans ce dispositif aux métiers de la fonction publique : le nombre de 120 nuits travaillées dans l’année, par exemple, est peut-être à moduler, tout comme la plage horaire définissant la « nuit ».

Les personnels exerçant des métiers dangereux, dans le cadre de missions régaliennes – comme les policiers municipaux et les sapeurs-pompiers professionnels -, gardent, eux, leur droit à un départ anticipé, dans les mêmes conditions qu’actuellement.

Les départs anticipés pour carrière longue sont également conservés.

La fin de la retraite pour invalidité

Le droit à la retraite pour invalidité, qui existe actuellement pour les fonctionnaires, conduit « à verser de très petites retraites à des âges précoces », regrette Jean-Paul Delevoye. Il souhaite qu’une concertation spécifique s’engage sur la pension d’invalidité à attribuer aux personnes concernées, pension qui leur permettra, par ailleurs, d’acquérir des points retraite, sur la base de leurs dix meilleures années d’activité.

Quant à la retraite pour incapacité permanente, qui existe pour les salariés du privé et les assurés des régimes agricoles, elle est étendue aux les fonctionnaires. Ce dispositif donne droit à une liquidation à 60 ans aux personnes en incapacité à la suite d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle, sous certains conditions.

Autant de sujets – et bien d’autres encore – propres à la fonction publique, que les organisations syndicales auraient aimé aborder avec Jean-Paul Delevoye avant la publication du rapport. Leur intersyndicale a envoyé ce 18 juillet à Olivier Dussopt, un courrier de relance de leur demande, faite le 28 juin dernier, d’une rencontre avec le haut-commissaire en Conseil commun de la fonction publique. Une instance dont Jean-Paul Delevoye estime pourtant qu’elle aura son rôle à jouer dans la gouvernance du futur système, puisqu’il propose qu’elle nomme des représentants qui siègeront à la « caisse nationale de retraite universelle ».

 

Trois cas-types gagnants

Le rapport de Jean-Paul Delevoye propose des simulations sur des cas-types. « Ils n’ont pas de lien avec ceux du Comité d’orientation des retraites, explique-t-on dans l’équipe du Haut-commissaire. Nous avons conçus nos propres cas-types, à partir de situations réelles et fréquentes ».

Trois cas-types de fonctionnaires sont proposés : un attaché d’administration (page 128 du rapport), un secrétaire administratif (page 129) et un adjoint administratif (page 130). «Même celui qui a peu de primes n’est pas perdant… », pointe l’équipe.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

5 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Retraites : ce qui va changer pour les fonctionnaires

Votre e-mail ne sera pas publié

Al

19/07/2019 09h13

Il est assez clair que les carrières ascendantes seront très pénalisées avec ce nouveau système. Pourquoi s’embêter à aller passer des concours internes, des examens pro si ça impacte aussi peu le niveau de la future pension ?

HERMES

19/07/2019 09h29

Intéressantes ces propositions! Mais pour qui?

J’ai en mémoire la mise en place de la cotisation retraite sur une partie des primes. Quan d je regarde de plus près son évolution, je constate qu’avec le GVT mon traitement mensuel a augmenté mais que le nombre de points acquis a diminué chaque année. En allant plus loin, force est de dire qu’il en est de même pour le montant de la pension; mais dans l’autre sens: avec le même nombre de point d’une année sur l’autre le taux de la pension diminue!

Je doute qu’il en soit autrement avec ce nouveau système. Mais il est vrai que celui en vigueur arrive à bout de souffle puisque les cotisants actuels payent pour les retraités.
Il existe bien une autre solution dont certains agents de la fonction publique ont pris la mesure: la capitalisation. Elle existe déjà et je suis convaincu qu’elle ne disparaîtra pas avec ce nouveau système, bien au contraire!

Val

19/07/2019 02h50

Que deviendra la possibilité de départ anticipé pour avoir élevé un enfant en situation de handicap ?

Tonio Valde

19/07/2019 03h11

Pour les fonctionnaires, dont les trajectoires salariales sont bien moins dynamiques qu’ailleurs (euphémisme) et dans laquelle les grilles sont aussi construites en fonction de la future ex-règle des six mois, c’est un vrai coup de poignard.
Et la prise en compte des primes (au passage ça élargit l’assiette donc ça prend du salaire net) ne suffira pas à « équilibrer », loin de là, surtout pour les corps peu concernés par le RI (genre enseignants au hasard, qui restent les plus gros contingents de fonctionnaires…).
Les taux de remplacement vont s’effondrer, d’ailleurs les simulations sur le rapport montrent bien que les agents publics toucheront moins, d’autant qu’on n’a pas l’exacte précision des paramètres.
Et effectivement, toutes les trajectoires ascendantes sont pénalisées, du fait du lissage sur l’ensemble de la carrière.

retraite

23/07/2019 10h38

Pour les fonctionnaires, dont les trajectoires salariales sont bien moins dynamiques qu’ailleurs et dans laquelle les grilles sont aussi construites en fonction de la future ex-règle des six mois, c’est un vrai coup de poignard.
Et la prise en compte des primes sera toujours pour les mêmes « les cadres supérieurs » car injustice il y a quand on n’a pas eu la chance de l’encadrement car il ne faut pas oublier que dans la fonction publique c’est la tête du client car on ne veut pas de vagues pour l’encadrement « la tranquillité ».
Ayant travaillé depuis l’âge de 18 ans je considère que partir à l’age de 60 ans est très bien. que l’on donne la possibilité de partir avant et mettre un age pivot mais la décote est injuste pour celui qui a commencé tôt. Surtout dans la fonction publique malheureusement nous évoluons grâce au concours dans notre carrière et non par le mérite… comme dans le privé….
Ras le bol de voir que les médias passent leur temps à dénigrer la fonction publique par rapport au privé.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement