Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[PORTRAIT]

Avec Christian Troadec, « Bonnets rouges » et Vieilles charrues, même combat !

Publié le 17/07/2019 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : Régions

Christian Troadec, maire de Carhaix
Fanch Galivel/Andia.fr
A l’origine du grand festival breton qui se déroule du 18 au 21 juillet, Christian Troadec, le maire de Carhaix, se pose en ennemi irréductible des notables locaux et des bureaux parisiens.

Le tout début des « bonnets rouges », mouvement qui a réuni plusieurs dizaines de milliers de manifestants pour dénoncer l’écotaxe en 2013, c’est lui. Le festival des Vieilles charrues, c’est encore lui. A son palmarès, il faut encore ajouter un combat de haute lutte avec Roselyne Bachelot, ministre de la Santé en 2009, contre la fermeture de la maternité et des services de chirurgie de l’hôpital de Carhaix. « Elle n’avait même pas pris la peine de nous recevoir. C’est son fils qui nous avait accueillis au ministère. Drôle de façon de respecter les élus locaux », se remémore-t-il autour d’un verre de vin rouge. Avant de devenir maire (DVG) de Carhaix-Plouguer, Christian Troadec a eu plusieurs vies. Barman à la sortie de ses études, le jeune homme sympathise avec le rédacteur en chef du « Télégramme ». « De fil en aiguille, à force de remplacements et de piges, je suis devenu journaliste à plein temps. » Entre-temps, en 1992, il fonde le festival des Vieilles charrues. « Nous étions une bande d’amis qui aimait la musique et Carhaix. Si nous voulions rester en centre Bretagne, il fallait créer quelque chose. Il n’y a avait presque pas de festival de rock en France. On s’est dit qu’on tenait une idée », s’esclaffe-t-il. Très vite, l’événement se fait connaître, notamment grâce à son nom. « La première année, nous avons invité 500 personnes. En 2018, nous avons accueilli plus de 280 000 festivaliers, avec d’immenses retombées économiques. »

Coups d’éclat

Mais l’important n’est pas là, estime l’édile. « Dès les premières années, nous avons souhaité que le festival soit pérenne et devienne un vrai outil d’aménagement du territoire. » Pour preuve, l’équipe des Vieilles charrues décide de donner un million d’euros en 1999 au réseau d’écoles Diwan. Objectif ? Maintenir en vie cette association qui défend la langue bretonne et lui permettre d’ouvrir un lycée à Carhaix.

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Avec Christian Troadec, « Bonnets rouges » et Vieilles charrues, même combat !

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement