logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/630298/la-bretagne-a-lavant-garde-contre-les-violences-sexistes-et-sexuelles/

MANAGEMENT
La Bretagne à l’avant-garde contre les violences sexistes et sexuelles
Laura Fernandez Rodriguez | Actu experts prévention sécurité | France | Toute l'actu RH | Publié le 18/07/2019

Avec son dispositif, la région Bretagne compte libérer la parole des victimes et être à même de prendre les mesures adaptées contre les violences sexistes et sexuelles.

violences_corporelles

[Bretagne, 3 490 agents, 4,69 millions d’hab.] Pour comprendre l’engagement de la région Bretagne sur les violences sexistes et sexuelles, il faut remonter à 2005. C’est après la remise d’un rapport du Ceser que tout a véritablement commencé. « La question des violences faites aux femmes était apparue comme un vrai sujet dans ce rapport. Or, il est compliqué d’afficher une volonté politique auprès des partenaires, comme les organismes de formation, sans regarder ce qui se passe chez soi », se souvient Frédérique Pondemer, cheffe du pôle « égalité des droits et innovation sociale ».

Violences conjugales, psychologiques et physiques

La Charte européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale est signée l’année suivante, la Bretagne étant la première région à le faire. Puis, en juillet 2007, un état des lieux des violences faites aux femmes est réalisé par le biais d’une vaste étude sollicitant le témoignage de femmes victimes, d’associations, mais aussi de maires et de personnes travaillant au conseil régional. « Il n’est pas anodin de leur demander s’ils et elles ont déjà vécu des violences », relève Frédérique Pondemer.

Sur les 640 agents sollicités, 95 des 446 femmes et 24 des 194 hommes ont répondu. « 39 agentes ont déclaré avoir eu ou avoir encore à affronter des violences. Ces violences sont majoritairement conjugales, psychologiques et physiques. Des cas de violences déclarés sur les lieux du travail relèvent de comportement favorisant le harcèlement moral. Il est de la responsabilité de l’employeur d’intervenir de façon adaptée et de mettre en place une politique générale de prévention », lit-on dans le rapport.

Label « Egalité »

Le fait de se mobiliser sur cette question risquait-il

POUR ALLER PLUS LOIN