Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sécurité routière

Véhicules d’intérêt général prioritaires : qui sont les bénéficiaires du dispositif « police » ?

Publié le 08/07/2019 • Par Gabriel Zignani • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles prévention-sécurité, Réponses ministérielles RH

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère de l’intérieur : L’article R. 311-1 du code de la route fixe la liste des véhicules d’intérêt général et distingue les véhicules d’intérêt général prioritaires, dont les véhicules des services de police et ceux bénéficiant de facilités de passage (VIGBFP). Afin d’indiquer leur urgence et avertir les autres usagers de la route, les VIGBFP sont équipés d’avertisseurs, conformes à un type agréé,  lumineux et sonores dans les conditions prévues par les articles R. 313-27 et R. 313-34 du code de la route et par l’arrêté du 30 octobre 1987 relatif aux dispositifs spéciaux de signalisation des véhicules d’intervention urgente.

A la connaissance du ministère de l’intérieur, il n’est pas tenu de comptabilisation centrale du nombre de véhicules disposant des équipements de police employés par des institutions publiques (administrations centrales de l’État, services déconcentrés, collectivités territoriales, organismes publics divers, etc.).

Il peut toutefois être indiqué, s’agissant des administrations centrales de l’État, que l’usage veut qu’en règle générale seuls les ministres, les directeurs de leur cabinet, et parfois certains membres de leur cabinet, disposent d’un véhicule équipé « police » lorsque cela s’impose de manière impérative en raison des circonstances, qu’il s’agisse d’opérations de sécurité et de police, ou lorsque cela apparaît comme un moyen jugé indispensable par un officier de police pour assurer la sécurité du déplacement des moyens de secours ou de certains convois officiels. Toutefois, l’usage admet qu’au regard de leurs contraintes professionnelles dans l’exercice de missions d’intérêt général, ou pour des raisons de sécurité, certains titulaires d’emplois publics disposent d’un véhicule doté des équipements « police », dont l’utilisation peut exceptionnellement s’avérer nécessaire. Cette règle étant parfaitement connue des autorités habilitées à utiliser ces avertisseurs spéciaux, leur usage ne s’exerce qu’avec discernement. Hormis les circonstances particulières pouvant exiger l’utilisation de ces équipements (impératifs de sécurité, urgence de la mission, etc.), et les prérogatives que leur usage emporte, les conducteurs de ces véhicules doivent respecter les règles de circulation du code de la route.

Domaines juridiques

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Véhicules d’intérêt général prioritaires : qui sont les bénéficiaires du dispositif « police » ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement