Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Congrès 2019 de l'association des administrateurs territoriaux

François Hollande au secours de sa réforme territoriale

Publié le 05/07/2019 • Par Claire Boulland • dans : A la une, France

Hollande1
Compte twitter de lAATF
Grand témoin du congrès de l'Association des administrateurs territoriaux de France, le 5 juillet à Orléans, l'ancien Président de la République a défendu sa réforme des collectivités et multiplié les tacles contre son successeur. Dans son viseur : la suppression de la taxe d'habitation.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

 

De la volonté et des idées, les administrateurs territoriaux en ont. « Mais mettre en œuvre sur le temps long des opérations locales ambitieuses est devenu difficile, avec des réformes fiscales et législatives à tous les quinquennats », souffle un participant à leur congrès, qui se dit « constamment frustré ».

Face au grand témoin de cette deuxième journée de congrès, le 5 juillet 2019, François Hollande, les administrateurs ont fait part du désarroi qui a été le leur durant cette période où sont passées les lois Notre et Maptam. Un congressiste rapporte notamment « la vision fantasmée » et « l’ascenseur émotionnel » qu’a provoqué chez nombre d’administrateurs le projet du Grand Paris qui prend difficilement forme. « Et puis on freine des programmes locaux d’importance parce qu’on n’a pas, faute de moyens, les femmes et les hommes pour les monter », pouvait-on aussi entendre dans les allées de l’auditorium du Centre des conférences d’Orléans.

« Presque plus personne ne remet en cause l’organisation des régions »

« Je vous ai donné plus de travail durant mon quinquennat », acquiesce volontiers François Hollande. Tout en s’excusant du « temps long qui existe, [et durant lequel les administrateurs ont pu se sentir bloqués], entre la prise d’une décision et l’instant à partir duquel elle se traduit enfin ». Mais également du caractère « réversible » des politiques nationales. Toutefois, il se « félicite du cadre cohérent de développement territorial actuel. Presque plus personne ne remet en cause l’organisation des régions, les métropoles ont été longues à formaliser, l’accouchement des intercommunalités a été difficile…Et oui, il faut aller vers une nouvelle étape de décentralisation pour que l’État puisse être plus fort et solidaire. »

« S’il doit y avoir une évolution, poursuit-il, je pense que les départements doivent se dessaisir des collèges, des routes et devenir des grandes collectivités sociales assurant toutes les politiques sociales de proximité : dépendance, insertion des jeunes, petite enfance, enfance en difficulté…Pourquoi ne pas transférer les compétences des CAF vers les départements ? »

A quelques jours de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi « Engagement et proximité », consacrant les deux tiers du texte dans sa rédaction actuelle à la question des relations entre communes et EPCI, « irritants de la loi Notre », François Hollande appelle à ne pas détricoter cette dernière.

« Il faut éviter la tutelle financière »

Enfin, à la question « faut-il supprimer la taxe d’habitation ? », François Hollande balaye l’idée. Cela « priver[ait] les collectivités territoriales de leur autonomie financière. Il faut éviter la tutelle financière. Ce serait contraire au principe de décentralisation ».  Il ajoute qu’ « il faudrait maintenant imaginer des plans/pactes co-construits qui puissent concerner 400/500 territoires pour tenir compte de leurs particularités socio-économiques ».

En attendant, l’AATF souhaite être force de propositions sur l’avenir des finances et de la fiscalité locales dans le cadre du projet de loi de finances pour 2020. Elle lancera un appel à contributions prochainement.

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

François Hollande au secours de sa réforme territoriale

Votre e-mail ne sera pas publié

El Barto

09/07/2019 12h13

« Presque plus personne ne remet en cause l’organisation des régions » : il est vraiment complètement déconnecté de la réalité, le mécontentement contre cette stupidité est assez général. Quant à faire passer les CAF sous la tutelle des départements, c’est du grand n’importe quoi. Les CAF sont des organismes où siègent des représentants des assurés, des employeurs, des associations. Ce que propose Hollande, c’est tout simplement la fin du paritarisme pour le passer sous le politique, alors que ce dernier ne représente plus qu’une petite oligarchie à présent, et qu’on constate régulièrement que le choix vont à l’encontre de l’intérêt général. On comprend mieux pourquoi il avait choisi Macron, puisqu’ils propose les mêmes solutions débiles. Qu’il s’occupe de ses baraques et laisse le champ politique à des gens sérieux.

HERMES

18/07/2019 05h55

Si je suis loin de partager le point de vue de cet éminent spécialiste de la politique qu’est M. Hollande, je suis d’accord avec lui pour le maintien d’un lien financier entre la population et les collectivités locales.

Mais les principes qui ont été à l’initiative de la mise en place des taxes foncières et d’habitation sont d’une époque révolue qu’il faut donc changer en totalité.

Pour ce qui est de la reconnaissance de l’organisation territoriale qu’il a mise en place, je lui laisse ses propos… qui devraient en choquer plus d’un!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement