Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Travaux publics

Les risques sanitaires s’accumulent pour les agents des routes

Publié le 09/07/2019 • Par Isabelle Verbaere • dans : actus experts technique, France

travaux-routes-BTP
AdobeStock
Les menaces sur la santé des travailleurs se multiplient dans les travaux publics, liées notamment à l’amiante et à la silice.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

«C’est la cerise sur le gâteau, soupire Philippe Godart, chef du centre expertise voirie à Bordeaux métropole [28 communes, 783 100 hab.]. On a vraiment l’impression que, tous les deux-trois ans, une nouvelle contrainte sanitaire s’ajoute à celles qui incombent aux maîtres d’ouvrage routier. » Dernière en date : la silice cristalline, qui « représente des risques élevés pour la santé des travailleurs », selon un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), publié le 22 mai.

Poussière

Les travaux qui exposent à ces particules ont été inscrits comme cancérogènes par la directive européenne 2017/2398 du 12 décembre 2017. Et l’Anses de s’inquiéter : « 23 000 à 30 000 travailleurs seraient soumis à des niveaux excédant la valeur limite d’exposition professionnelle de 0,1 mg/mactuellement en vigueur en France. Plus des deux tiers travaillent dans le BTP. » « Nous voyons encore trop souvent des ouvriers scier un enrobé sans abattre les poussières, observe Nies Boussiouf, chargé de mission matériaux alternatifs et recyclage au sein du Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement). Pourtant, travailler à l’humide est une mesure simple et efficace pour prévenir le risque poussière, qu’il s’agisse de silice, d’amiante ou d’hydrocarbures aromatiques polycyclique (HAP). »

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les risques sanitaires s’accumulent pour les agents des routes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement