Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Démocratie

Le philosophe qui défend les élus contre le peuple

Publié le 04/07/2019 • Par Romain Mazon • dans : France

pierre-henri-tavoillot-adgcf-une
Twitter ADGCF
Les DG d’intercos ont invité le philosophe Pierre-Henri Tavoillot, en ouverture de leurs universités d’été, le 3 juillet, à Deauville, à discuter de la crise de la démocratie, et des moyens de la résoudre. Florilège.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Déjà initiateurs d’une étude pour le moins disruptive sur le bilan de la décentralisation, les DG d’intercos de l’ADGCF ont convié, le 3 juillet, le philosophe Pierre-Henri Tavoillot, auteur de « Comment gouverner un peuple roi, Traité nouveau d’art politique ? », chez Odile Jacob, à ouvrir leurs universités d’été.

A rebours d’un discours dominant qui sacralise le peuple, et le citoyen, lui estime au contraire que les citoyens ne sont pas assez formés et conscients pour se prononcer valablement, tandis que les élus « sont plutôt bons ». Retour, en extraits, sur cette conférence inaugurale : « Crise de la démocratie, vers une révolution de la citoyenneté ».

« Il n’a jamais été aussi difficile de gouverner qu’aujourd’hui »

« L’image commune qu’on a de la démocratie aujourd’hui, c’est que les dirigeants sont nuls, et les citoyens formidables. Et j’aurais tendance à penser que c’est plutôt l’inverse. Les citoyens sont assez mauvais, et les gouvernants plutôt bons. La révolution de la citoyenneté, c’est peut-être d’abord une tâche de citoyen.

Il n’a jamais été aussi difficile de gouverner qu’aujourd’hui. Jadis, on pouvait gouverner au doigt mouillé, une dictature c’est aussi assez simple. Gouverner est d’autant plus difficile que les démocraties sont déceptives. Nous ne serons jamais totalement égaux, nous ne serons jamais totalement libres, et quant à la fraternité, elle, n’est pas à portée de main. Ce qui nous porte à considérer que la démocratie est en mauvais état.

Mais, partant de là, le miracle de la démocratie, c’est qu’elle fonctionne un peu. La démocratie c’est :

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le philosophe qui défend les élus contre le peuple

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement