Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[édito] Fonction publique

Dans trente-cinq ans, la FPT…

Publié le 05/07/2019 • Par Romain Mazon • dans : France

Anniversaire-gateau
AdobeStock
A force de réformes et d’ajustements, les notions et principes fondateurs de la fonction publique ont peut-être été dilués. De fait, et alors que la FPT fête cette année ses 35 ans, on peut se demander – de manière un peu provocante – ce qu'il reste des fonctionnaires… voire s'il en restera dans trente-cinq ans.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Lors de la matinée que « La Gazette » a consacrée aux 35 ans de la fonction publique territoriale, le 28 juin dans les locaux de la MNT à Paris, nous avions intitulé le premier débat ainsi : « Projet de loi de réforme de la fonction publique : que reste-t-il des fonctionnaires ? » Un titre un brin provocateur, certes, mais qui sous-entend aussi que, sur le temps long, les notions et principes fondateurs de la fonction publique ont peut-être été dilués à force de réformes et d’ajustements.

Olivier Dussopt, le secrétaire d’Etat qui porte le projet de loi de transformation de la fonction publique, et ouvrait le débat, assure que « non, on ne va pas vers une fonction publique sans fonctionnaires, et sans statut », faisant valoir que cette réforme n’est que la dernière d’une longue lignée qui n’a « pas fait disparaître le statut ».

Restera-t-il des fonctionnaires ?

En fait, on ne peut lui donner tort, mais en droit, et sur le fond, Didier Jean-Pierre, professeur agrégé de droit public à l’université d’Aix-Marseille, valide « l’audace » de notre titre et le prolonge : « Dans trente-cinq ans, on pourra se demander s’il reste des fonctionnaires… »

En soi, cela ne serait pas une première, rappelle cet éminent spécialiste du droit de la fonction publique, puisque, jusqu’à la fin du XIXe siècle, le Conseil d’Etat refusait de se saisir du contentieux des personnels communaux, qui relevaient du droit privé. Et c’est une lente évolution qui a conduit aux lois structurantes de 1982, 1983 et 1984, porteuses des valeurs de la fonction publique moderne.

Usager vs client

« Mais l’esprit de l’époque n’a plus cours aujourd’hui. Les choses ont profondément changé, à l’intérieur des principes fondateurs », constate Didier Jean-Pierre, qui déplore le risque de « banalisation » du droit de la fonction publique, matérialisé, dans le projet de loi actuel, par la multiplication des convergences avec le droit du travail.

« Si l’on banalise le rôle de la puissance publique, avertit-il, et qu’on la ravale au rang de prestataire de service […], on crée alors avec l’usager une relation identique à celle que peut avoir une entreprise à l’égard d’un client. Et plus personne ne comprendra l’intérêt de la fonction publique. » Rendez-vous dans trente-cinq ans, ou avant.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Dans trente-cinq ans, la FPT…

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement