logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/629272/les-bons-et-les-mauvais-eleves-de-laccueil-des-gens-du-voyage/

SOCIAL
Les bons et les mauvais élèves de l’accueil des gens du voyage
Nathalie Da Cruz | France | Publié le 04/07/2019 | Mis à jour le 03/07/2019

La moitié des départements sont en phase de révision de leur schéma d’accueil des gens du voyage. Cette troisième génération de schémas sera-t-elle enfin celle de l’atteinte des objectifs fixés ? Rien n’est moins sûr.

Le Pas-de-Calais fait partie des départements qui ont déjà révisé leur schéma départemental. Cette feuille de route programme le nombre de places à créer dans les différents types d’équipements. « Le document pour les années 2018 à 2024 a été adopté après un diagnostic, une concertation et l’aval de la commission consultative départementale des gens du voyage », détaille Chantal Sompila, coordinatrice du schéma du Pas-de-Calais au sein de l’association La Sauvegarde du Nord.

Vingt ans après la loi « Besson » de 2000, « acte fondateur » des feuilles de route de l’accueil des voyageurs, nous arrivons à la troisième génération des schémas départementaux. D’une durée de six ans, ils sont coréalisés par les départements et les préfectures. « Environ 50 % des départements sont concernés par la révision actuellement », a indiqué Olivier Morzelle, de la direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP) au ministère de la Cohésion des territoires, lors d’une journée de débats organisée le 1er avril 2019 à Paris.

« Il faut désengorger les aires ! »

Quels sont les enjeux de cette troisième génération ? En premier lieu, aménager le nombre de places programmées dans les aires d’accueil classiques, les aires de grand passage et les terrains familiaux locatifs – ce concept officialisé par la loi « égalité et citoyenneté » du 27 janvier 2017 qui désigne de petits terrains destinés à quelques familles sédentaires vivant en caravane. Car seuls 71 % des ...

CHIFFRES CLES

  • 38 191 places en aire d'accueil "classique" étaient prescrites au niveau national, fin 2017, pour 300 à 400 000 gens du voyage en France.
  • 71,6 % : c'est le taux de réalisation des places dans les aires "classiques", soit 27 344 sur les 38 191 prescrites au niveau national.


POUR ALLER PLUS LOIN