Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Baromètre des territoriaux

Faut-il centraliser l’ensemble des services publics en un même lieu ?

Publié le 08/07/2019 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

BAROMETRE_380x253
La Gazette / Pascale Distel
Parce que votre opinion nous intéresse, La Gazette a constitué un panel de fonctionnaires territoriaux que nous interrogeons sur l'actualité des politiques publiques et du statut de la fonction publique. Cette semaine : faut-il centraliser l'ensemble des services publics en un même lieu ?

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’idée de mutualisation des services et des lieux émerge aujourd’hui parmi les réflexions sur l’amélioration de l’efficacité des services publics. Notre baromètre montre des avis encore partagés sur le sujet. Dans les petites villes, cette centralisation des services dans un lieu unique, sur le modèle des maisons de services au public, fait son chemin face au retrait progressif des trésoreries, des antennes de Pôle emploi… Emmanuel Macron a ainsi annoncé la création d’une « maison France services », nouveau nom des maisons de services au public, par canton pour la fin du quinquennat. Elles devront réunir un certain nombre d’opérateurs, qui ne seront pas présents de façon physique. Ce qui pose la question de la polyvalence de compétences des agents qui animent ces structures.