Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Renouvellement urbain

Le dossier copropriétés dégradées au menu du NPNRU

Publié le 28/06/2019 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

Renovation immeuble
© Jean Michel Nossant
Les 27 et 28 juin a eu lieu à Paris le Forum régional des acteurs du renouvellement urbain. L'occasion de faire un point sur l'avancement du nouveau programme de renouvellement urbain (NPNRU), relancé il y a un an après les multiples cris d'alarme des collectivités territoriales et des bailleurs sociaux.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Renouvellement urbain : enfin du concret ?

Il y a un an, après les états généraux de la politique de la ville, l’Agence nationale de renouvellement urbain annonçait des modifications de son règlement intérieur. Objectif : accélérer les procédures pour permettre enfin aux chantiers du NPNRU de démarrer, et améliorer certaines modalités de financement, notamment pour la démolition.

Un an après, la promesse semble tenue : au 31 mai, les projets de 251 quartiers ont été validés, ce qui représente 6,1 milliards de concours financiers de l’ANRU engagés, avec un effet levier de 20,4 milliards d’euros tous financeurs confondus. « Plus de 500 équipements publics ont été validés, donc 140 écoles. On a su tirer les fruits de cette phase de maturation pour que les projets démarrent physiquement », a résumé Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois et président de l’ANRU, en ouverture du forum.

Michel Le Faou, vice-président à l’urbanisme et au renouvellement urbain à la métropole du Grand Lyon, a reconnu que « depuis la phase d’accélération du programme, beaucoup de choses positives se sont passées, notamment sur le meilleur financement des démolitions ». Sur la métropole lyonnaise, le NPNRU a comme axe principal la diversification de l’habitat. Il s’agit sur certains quartiers de passer de 100% d’habitat social à 40%.

L’enjeu des copropriétés

Nouveauté pour  ce second PNRU, le traitement des copropriétés dégradées est abordé sur un certain nombre de sites. « Elles ont été les  grandes oubliées pendant plusieurs décennies. Intervenir pose la question de la légitimité des pouvoirs publics. Avec le plan Initiative Copropriétés, lancé par le ministre du logement cet automne, l’Agence nationale de l’habitat  multiplie par deux ses moyens d’intervention  sur dix ans, avec deux milliards qui sont fléchés vers lui, a expliqué Valérie Mancret  Taylor, directrice de l’Anah. On sait que ça va être compliqué, il va falloir travailler sur  le renouvellement de la  gestion, des ensembles immobiliers vont être détruits. Nous avons mis en place une possibilité de financement immédiat des travaux d’urgence  à  100%  H.T. ».

Pour Philippe Rio, le maire de Grigny, ville dans laquelle se  trouve une des des plus grandes copropriétés de France, Grigny 2, celles-ci sont « des sas pour les personnes qui ne peuvent pas accéder au logement social. Elles cumulent des problèmes d’insécurité, de sur occupation, de divisions de logements. La prise en charge des travaux  d’urgence c’est exceptionnel, mais il pourra se passer trois-quatre ans avant le début des travaux… »Pour Philippe Rio, les bailleurs sociaux doivent se mobiliser sur ce sujet, « ils ont une place dans le recyclage des copros ».

Julien Denormandie, le ministre du logement qui est intervenu en ouverture  de la journée, s’est félicité de la confiance rétablie entre l’ANRU et les collectivités locales. Il a insisté sur la nécessité de mettre en place des politiques de l’habitat, « le logement n’est rien sans elles », et sur la mise en place de réflexions sur la mixité sociale dans le cadre de ces politiques. Des réflexions déjà bien entamées par les acteurs dans le cadre du premier PNRU.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le dossier copropriétés dégradées au menu du NPNRU

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement