Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Covid-19

La campagne pour la première injection démarre vraiment le 15 janvier

Publié le 13/01/2021 • Par Nathalie Levray • dans : A la Une santé social, Actu Santé Social

senior vaccination
- © M. Doerr & M. Frommherz GbR
Même si elle n’empêche pas la contamination, la vaccination est un enjeu urgent de santé publique. Les tensions liées à l’organisation logistique et au recueil des consentements semblent dépassées. La FHF et le Synerpa réclament une accélération du processus, davantage de professionnels et de lieux de vaccination ainsi que l’élargissement de la population cible.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Au 11 janvier 2021, plus de 138 000 personnes ont été vaccinées en France parmi les personnes âgées en Ehpad ou en unité de soin de longue durée et leurs soignants de plus de 50 ans ou présentant des comorbidités, auxquels se sont ajoutés tout début janvier les pompiers et les aides à domicile de plus de 50 ans ou présentant des comorbidités ainsi que les personnes handicapées vulnérables prises en charge dans les foyers d’accueil médicalisés et les maisons d’accueil spécialisées.

Le vaccin, mieux que rien

« La situation sanitaire est inquiétante », juge Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa, le Syndicat national des établissements et résidences privées pour personnes âgées, notamment en raison de la souche britannique du virus.

« La déprogrammation massive des soins pose une question centrale de santé publique », estime Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF). C’est dire que la vaccination reste un enjeu primordial de la lutte contre le Covid-19, même si, tempère Florence Arnaiz-Maumé, « le vaccin est efficace contre les formes graves de la maladie sans, en l’état des connaissances, sembler empêcher les contaminations ».

La logistique au point

À ce jour, tous les Ehpad ont reçu des agences régionales de santé (ARS) le guide vaccinal – qu’il faudra compléter des données relatives au vaccin Moderna validé par la Haute autorité de santé en fin de semaine dernière, son plan de transport – 75 % des établissements sont approvisionnés par l’intermédiaire des pharmacies d’officine et 25 % par les centres hospitaliers équipés d’une pharmacie à usage interne – ainsi que son calendrier des livraisons étalées jusqu’au 2 février. « Les super-congélateurs seront tous livrés dans les 100 établissements publics pivots, et certifiés pour le 15 janvier », assure Alexandre Mokédé, responsable de l’offre de soins à la FHF.

« Les hôpitaux et les Ehpad publics sont activement mobilisés pour vacciner largement et associer la médecine de ville et les élus au processus », explique Zaynab Riet, déléguée générale de la FHF. Même son de cloche du côté des établissements commerciaux. Le Synerpa plaide toutefois pour « des livraisons régulières » de vaccins, pour pouvoir échelonner les sessions, notamment au fil du recueil des consentements, et conduire le processus vaccinal à terme, quand la FHF réclame « la visibilité à deux ou trois mois sur les livraisons ».

Consentement anecdotique

La campagne massive et élargie va ainsi pouvoir débuter. Pour Benjamin Caniard, co-responsable du Pôle autonomie de la FHF, « le recueil du consentement n’est pas un frein à la vaccination ». Aucune donnée scientifique n’est toutefois pour le moment disponible sur le taux d’acceptation. Certains établissements annoncent des 85 % comme à l’Ehpad La bonne Eure de Bracieux (Loir-et-Cher). « Deux-tiers », lâche Benjamin Caniard, pour qui ces retours ne sont toutefois « pas représentatifs ». « Après explications, le taux s’établit aux alentours de 60 % des résidents en première intention », croit savoir Florence Arnaiz-Maumé qui ajoute : « les familles sont de plus en plus volontaires et le consentement des personnels est assez massif ».

À ce stade, le chiffre spécifique des vaccinations en Ehpad, priorité initiale de la stratégie vaccinale, n’est pas dévoilé par Santé publique France. Quant au délai de quatre ou cinq jours entre la consultation prévaccinale et l’administration du vaccin, il s’agit d’une confusion avec le préavis nécessaire « pour donner à l’ARS le « go » du nombre de doses à approvisionner », précise-t-elle. « Le consentement est recueilli à l’oral ou à l’écrit et consigné dans le dossier médical du patient qui peut jusqu’au dernier moment revenir sur sa décision ».

Ingénierie à rentabiliser

Deux regrets pour Florence Arnaiz-Maumé, d’une part, le délai de « trois semaines pour livrer les doses dans les 7 000 Ehpad », considérant notamment que « des établissements prêts à vacciner 120 personnes n’avaient pu agir que pour 30 ou 40 personnes » ; d’autre part, l’absence d’élargissement des vaccinations à « tout l’écosystème des Ehpad ». Et elle entend par là tout le personnel soignant et administratif, les intervenants et animateurs, les aidants des résidents. Car l’ingénierie pour organiser trois à quatre jours de vaccination nécessite du personnel dont la mobilisation pourrait être mieux rentabilisée : le médecin coordinateur en lien avec un ou deux médecins traitants – dédommagés par l’assurance maladie –, deux ou trois infirmières pour le geste vaccinal et les aides-soignantes pour la surveillance post-vaccin. « Atteindre le taux de 60 à 70 % de personnes vaccinées comme pour le vaccin contre la grippe lui paraît efficace ». La demande n’a pas été entendue au ministère de la Santé.

Élargir la vaccination au domicile

C’est le domicile qui bénéficie pour le moment de l’élargissement de la campagne. Le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a annoncé l’ouverture de 300 centres de vaccination à la fin de la semaine et de 300 supplémentaires pour la fin du mois pour les professionnels de plus de 50 ans et les personnes âgées de plus de 75 ans, avec un objectif de 100 000 personnes par centre ouvert.

« L’élargissement au domicile aurait pu donner lieu à un acte citoyen pour les Ehpad », regrette Florence Arnaiz-Maumé. Elle pense qu’à l’instar de ce qui se fait « lors des épisodes de canicules, la mairie aurait pu leur fournir la liste des personnes à vacciner et leurs infrastructures être mobilisées pour organiser à partir de février ou mars, dans un circuit sécurisé, ces vaccinations ».

Une proposition qui trouvera un écho favorable à la FHF pour qui « la campagne de vaccination ne peut pas reposer sur le seul secteur hospitalier » et demande « une organisation coordonnée à l’échelle des territoires entre l’hôpital, les professionnels libéraux et les collectivités », et donc, les établissements pour personnes âgées.

Reste qu’il faudra encaisser la deuxième injection du vaccin Pfizer à 21 jours de la première comme initialement annoncé ou à 42 jours comme l’Agence nationale du médicament la valide aujourd’hui, puis la question du choix du vaccin.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Réforme de la protection sociale complémentaire, êtes-vous prêts ?

de Rédaction de la Lettre du cadre territorial en partenariat avec la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La campagne pour la première injection démarre vraiment le 15 janvier

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement