Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Management

Vie pro, vie perso, trouver le bon équilibre

Publié le 04/07/2019 • Par Isabelle Jarjaille • dans : France

A. Medvediev / Adobestock
Utilisation d’un ordinateur portable, accès aux mails sur son smartphone, télétravail… Autant d’usages qui brouillent la frontière entre vies professionnelle et personnelle. Si le "droit à la déconnexion" est effectif dans le privé, des collectivités ont mis en place des garde-fous.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Depuis le 1er janvier 2017, un « droit à la déconnexion » est effectif pour les employeurs privés qui ont l’obligation de réguler, notamment, l’usage des mails par leurs salariés. Dans la fonction publique, « ce droit n’en est toujours pas un, dans la mesure où la législation n’est absolument pas contraignante pour l’employeur et ne fait que quelques préconisations très peu détaillées », assure Emmanuelle Polez, représentante de la CGT services publics. Cependant, pour renforcer la législation actuelle, un amendement a été adopté le 1er mai par les députés dans le cadre du projet de réforme de la fonction publique. Mais il n’établit pas un droit à la déconnexion, tout juste en évoque-t-il les enjeux.

Risque de surproductivité

L’usage d’un ordinateur portable, couplé à un accès aux mails sur un smartphone, brouille la frontière entre vies professionnelle et personnelle et accentue donc les risques psychosociaux. D’autant plus avec le déploiement du télétravail, autorisé dans la fonction publique depuis 2016. La métropole de Brest (8 communes, 3 300 agents, 208 900 hab.) a été pionnière sur le sujet, dès 2012. « A l’époque, la première crainte des encadrants était la baisse de la productivité du salarié, explique Nicole Quéré, responsable « formation et dynamiques internes » à Brest métropole. Or, depuis, toutes les études l’ont montré : le risque est plutôt celui de la surproductivité, avec des agents tentés de se remettre au travail le soir ou le dimanche après-midi. »

Les agents ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Régions

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Gagner en efficacité : les points clés pour passer à l’e-administration

de Les webinars de DOCAPOSTE

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Vie pro, vie perso, trouver le bon équilibre

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement