Quelles sont les principales infractions commises dans le Grand Paris ?

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Statistiques de la délinquance

Quelles sont les principales infractions commises dans le Grand Paris ?

Publié le 20/06/2019 • Par Mathilde Elie • dans : Documents utiles, France, Veille documentaire prévention-sécurité

Violences_PhilippeLeroyer
Philippe Leroyer (Flickr)
L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publie ce jeudi 20 juin une étude sur la criminalité sur les territoires du Grand Paris. Elle détaille les principales infractions commises et leur localisation, et met en évidence un ancrage géographique fort des phénomènes.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publiée jeudi 20 juin, mise en ligne par la Gazette, est consacrée à la criminalité sur les territoires du Grand Paris sur la période 2016-2017. C’est la suite d’un travail d’analyse et de restitution des données de la préfecture de police entrepris il y a dix ans. En voici les principaux enseignements.

Les vols simples contre les particuliers dans les lieux publics, premier type d’infraction

Avec plus de 116 000 faits commis en 2017, c’est quantitativement le premier type d’infraction qui surexpose Paris par rapport aux autres départements. Tandis que le taux moyen s’élève à 17,4 faits pour 1000 habitants, il atteint 34,1 à Paris. Le 1er arrondissement affiche le taux le plus élevé avec 277,9 faits pour 1000 habitants.

Les faits de vols avec violence très concentrés à Paris

Quatre hot-spots de vols avec violences concentrent 15% des faits sur 1% du territoire du Grand Paris. Trois sont situés dans Paris, le plus massif étant centré sur Barbès-Rochechouart avec plus de 2000 faits en 2017, suivi du quartier des Halles et de la Roquette. Hors de Paris, le point de concentration est identifié dans le quartier du Marché à Saint-Denis en Seine-Saint-Denis.

Un taux d’homicides intentionnels le plus faible au monde

Dans le Grand Paris, ils représentent 0,016% de l’ensemble des faits constatés en 2017, soit 1,2 fait pour 100 000 habitants. A titre de comparaison, le taux des grandes agglomérations urbaines des Etats-Unis est à 11 pour 100 000 en moyenne. A noter qu’en Europe de l’ouest, la plupart des agglomérations affichent des taux comparables, à l’exception de particularismes micro-locaux.

Le risque de vol d’automobile augmente avec l’éloignement de la capitale

A l’opposé de la distribution spatiale des vols simples contre les particuliers qui se concentrent dans Paris intramuros, les communes éloignées enregistrent en 2017 des taux de vols d’automobiles supérieurs à ceux des arrondissements de la capitale.

Un cambriolage augmente le risque d’un second cambriolage à très court terme et à proximité

Dans les petites communes, les cambriolages d’habitations sont souvent surreprésentés parmi les autres types d’infractions. C’est le cas notamment à Marnes-la-Coquette, Noiseau ou encore Bry-sur-Marne qui affichent des quotients de spécialisation supérieurs à 3 pour cette forme d’infraction.

Dans les hot-spots des lieux de commission de cambriolages, le risque de réitération dans un rayon inférieur à 100 mètres autour d’un premier cambriolage est de 31% plus élevé dans les 7 jours qui suivent, comparé à une série aléatoire de cambriolages sans identification de répétition. Ainsi, la commission d’un premier cambriolage est un indicateur prédictif de la commission d’un second fait de même nature à proximité du premier acte, et à très court terme.

Des taux élevés de violences physiques non crapuleuses dans le centre de Paris

Quatre zones affichent des taux plus de deux fois supérieurs à la moyenne du Grand Paris (5.5 faits pour 1000 habitants) : le 1er arrondissement avec 18.7, le 8ème arrondissement avec 11,7, Bobigny avec 11,6 et la Courneuve avec 11,4.

L’étude de l’ONDRP met en évidence une « pérennisation géographique des phénomènes ». Cela signifie que, globalement, les mêmes secteurs et les mêmes lieux concentrent les hautes intensités d’atteintes depuis des années. Ceci tend à suggérer qu’à cette échelle, dans l’hypothèse de politiques publiques menées contre ces phénomènes identifiés, ces politiques n’ont pas d’effet sur les disparités spatiales des crimes et délits.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quelles sont les principales infractions commises dans le Grand Paris ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement