Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Travail social

« Mineurs non accompagnés et radicalisation sont aujourd’hui les grands enjeux de la prévention spécialisée »

Publié le 18/06/2019 • Par Rouja Lazarova • dans : Actu prévention sécurité, France

Anne-Marie Fauvet CNLAPS
SG-CIPDR
Dans un entretien à la Gazette, la présidente du Comité national de liaison des acteurs de la prévention spécialisée (CNLAPS), Anne-Marie Fauvet, réagit au soutien exprimé le 14 juin par le secrétaire d'Etat à la protection de l'enfance, Adrien Taquet, alors que la prèv', qui a connu des années sombres, sort de l’ombre notamment avec la Stratégie pauvreté, qui lui reconnaît les compétences sur les publics des décrocheurs. Elle relève également le défi posé par les Mineurs non accompagnés.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Alors que le gouvernement affiche son intention de réinvestir le terrain de la prévention spécialisée, la présidente du CNLAPS réagit et passe en revue les défis à relever pour les éducateurs de rue.

La présence du secrétaire d’Etat à vos journées interinstitutionnelles du 14 juin marque-t-elle un signal en direction de la prévention spécialisée ?

C’est intéressant qu’il soit venu. Il a passé un message. Sa présence rattache la prévention spécialisée au champ de la protection de l’enfance et c’est d’autant plus important qu’on vit un passage en métropole depuis la loi NOTRe. Elle illustre également le travail qu’on mène avec ses services sur les sortants de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), sur les Mineurs non accompagnés (MNA).

Comment considérez vous les 5 millions d’euros, relativement modestes, qui sont dédiés à la prévention spécialisée dans la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté ?

On peut évidement demander plus, mais ce qui est intéressant, c’est la contractualisation qu’il y a derrière. Puis, ce ne sera pas du saupoudrage, ces subventions permettront de créer des postes ciblés notamment sur les quartiers de reconquête républicaine.

Quels sont les défis à relever par la prévention spécialisée dans le cadre de son transfert des départements aux métropoles ?

Il y a d’abord le défi d’acculturation. Il faut que les équipes de la prèv s’acculturent à celles de la métropole et vis versa. La métropole doit intégrer le cadre d’intervention de la prévention spécialisée, le fait qu’elle est une mission de la protection de l’enfance. De son côté, la prèv doit s’adapter à la métropole et travailler davantage sur la dimension territoriale. Les éducateurs doivent être de plus en plus attentifs à la question du développement social local.

Enfin, les départements restent chefs de fil dans le domaine de la protection de l’enfance et pilotent son schéma départemental. Il en résulte une triangulation. Comment vont s’articuler les trois acteurs ? Avec le passage à la métropole, la prèv voit se poser la question des territoires ruraux, remise sur le devant de la scène par les gilets jaunes. C’est un domaine d’intervention relativement nouveau.

Quels sont les enjeux actuels pour la prévention spécialisée ?

Le premier, c’est le phénomène des MNA, qui ne va pas s’arrêter. La problématique est complexe. Parmi les MNA, beaucoup sont très dynamiques, ont une vraie volonté de s’intégrer. Mais il y en a aussi qui sont victimes de réseaux, qui tombent dans criminalité, c’est sur eux que nous sommes inquiets.

Nous devons réinterroger notre prise en charge en général. Nos clubs gèrent par exemple de l’hébergement pour les MNA. Cela amène de nouvelles pratiques. Plus généralement, quels partenariats lier avec l’Etat et les collectivités pour essayer d’assurer la meilleure qualité à l’intervention sur ce public ? Derrière ces questions, les dépenses continuent à grimper. Face aux MNA, les départements ne doivent pas mettre en difficulté les autres missions de la protection de l’enfance au risque d’alimenter les extrêmes qui diront : on enlève aux Français pour donner aux étrangers. Les MNA nous interrogent sur notre accompagnement éducatif, mais c’est surtout une question éminemment politique.

L’autre enjeu, c’est de poursuivre le travail avec l’Etat sur la radicalisation. Il s’est passé la même chose dans ce domaine que pour le MNA – l’Etat a reconnu notre expertise, car nous sommes auprès de ces publics, et nous avons été sollicités. Mais c’est surtout un travail sur les radicalités que nous promouvons.

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Mineurs non accompagnés et radicalisation sont aujourd’hui les grands enjeux de la prévention spécialisée »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement