Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Handicap

Cap sur la rentrée 2019 pour l’école inclusive

Publié le 17/06/2019 • Par Catherine Maisonneuve • dans : France

handicap-enfants
WavebreakmediaMicro / AdobeStock
Une circulaire de rentrée 2019 consacrée à l’école inclusive met en œuvre les pôles inclusifs d'accompagnement localisés. Une seconde encadre le travail des accompagnants d’élèves en situation de handicap. Mais la transition inclusive « à marche forcée » continue d’inquiéter.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le nombre d’élèves en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire a dépassé 340 000 en 2018, dont 166 000 accompagnés par une aide humaine. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, et Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, ont présenté le 11 juin la circulaire de rentrée scolaire 2019 spécifique à l’école inclusive.

L’ambition affichée est de mettre en œuvre « un grand service public de l’école inclusive » et de donner des suites opérationnelles aux annonces, contestées, du 11 février dernier, issues de la concertation engagée en octobre 2018.

Mais concrètement, la circulaire se résume surtout aux « pôles inclusifs d’accompagnement localisés » (Pial) dont la mission est de mutualiser et coordonner les moyens d’accompagnement humain en fonction des besoins des élèves en situation de handicap, à l’échelle d’une circonscription, d’un établissement public local d’enseignement (EPLE) ou d’un territoire déterminé regroupant des écoles et des EPLE.

Les Pial sur les rails

Le Pial est chargé de mobiliser l’ensemble des personnels de l’équipe éducative pour identifier les besoins pédagogiques de l’élève et mettre en œuvre les réponses adéquates au niveau de sa classe, mais aussi de l’école et ou de l’établissement scolaire.

Un coordonnateur met en adéquation les ressources en accompagnement avec les besoins qui ont été notifiés par les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) et identifiés par l’équipe pédagogique et éducative. Il établit les emplois du temps des accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) en lien avec les directeurs d’école et les chefs d’établissement concernés.

Après une année d’expérimentations menées dans chaque académie – sans évaluation – les Pial seront sur les rails à la rentrée 2019:

  • 300 circonscriptions du premier degré sur 1 466 ;
  • 2 000 collèges avec unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis) sur 3 214 (pour un total de 7 153 collèges publics et privés);
  • 250 lycées professionnels avec Ulis sur 453 (pour un total de 1 456 lycées professionnels).

Ils seront progressivement déployés jusqu’à leur généralisation en 2022.

Un cadre de gestion pour les  AESH 

Une seconde circulaire détermine le cadre de gestion des AESH qui, disent les ministres, « constituent l’un des leviers essentiels de réalisation du saut qualitatif annoncé de l’école inclusive et de la transformation durable du dispositif d’accompagnement ».

Elle vise à consolider leur place dans la communauté éducative et à améliorer leur gestion administrative et les conditions d’exercice de leur métier. Trois volets sont abordés : le cadre juridique du contrat, les conditions d’exercice et le droit à la formation.

Parmi les nouveautés, il faut évidemment retenir que, depuis le 6 juin, date de la parution du texte, tout recrutement, mais aussi tout renouvellement de contrat, donne lieu à un CDD de trois ans, renouvelable une fois (puis possibilité de CDI). Un interlocuteur RH est dédié dans les académies. Pour l’année scolaire 2019-2020, Jean-Michel Blanquer annonce 80 000 emplois pérennes, avec contrats de travail à temps plein et une formation initiale de 60 heures.

Transition inclusive à marche forcée ?

Enfin, dès ce mois de juin et jusqu’à octobre, il est créé une cellule de réponse aux familles avec promesse de réponse sous 24 h. Famille dont beaucoup sont inquiètes… Car si Jean-Michel Blanquer dresse un « bilan positif » de l’école inclusive en 2018, de très nombreux parents et professionnels d’établissements spécialisés, type instituts médico-éducatifs, dénoncent une transition inclusive à marche forcée « alors que les conditions d’un accueil de qualité à l’Education nationale ne sont pas remplies », a dit le Collectif jeunes sourds/jeunes aveugles pour l’égalité des chances » lors d’une mobilisation nationale le13 juin. «Aujourd’hui, on démantèle plus qu’on ne construit et ce sont les jeunes qui en paient le prix » s’indigne-t-il.

La commission d’enquête parlementaire sur l’inclusion des élèves handicapés a entendu plusieurs associations sur ce thème, comme l’Unapei le 2 avril. Elles ont évoqué les risques d’un tout inclusif sans moyens alors même que de nombreux enfants orientés par les MDPH ne trouvent pas de place dans le médico-social et restent sur listes d’attente. Bref qu’on déshabille Pierre pour habiller Paul.

La commission d’enquête auditionnera mardi Jean-Michel Blanquer et mercredi Sophie Cluzel. Elle entendra également des personnels ayant travaillé dans deux Pial expérimentaux de Seine-et-Marne, Brie-Comte-Robert et Nemours. Peut-être une ébauche d’évaluation…

Chargée de « faire la photographie de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas », dit son rapporteur le député communiste de Seine-Maritime Sébastien Jumel, la commission d’enquête devrait poursuivre ses travaux jusqu’à mi-août.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Cap sur la rentrée 2019 pour l’école inclusive

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement