Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

ÉTUDE

Les prestations d’action sociale mieux adaptées aux besoins des agents

Publié le 19/06/2019 • Par Maud Parnaudeau • dans : Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Zarya Maxim / Adobestock
Si l’on en juge par les résultats de l’enquête menée en mars 2019 par "La Gazette", en partenariat avec le Comité national d’action sociale (Cnas), les prestations d’action sociale répondent globalement mieux aux attentes des agents qu’en 2018. Celles concernant les enfants et les vacances restent très demandées, et les aides financières toujours plus sollicitées.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Les agents territoriaux ont-ils une bonne connaissance des prestations d’action sociale auxquelles ils peuvent prétendre au sein de leur collectivité ? Sont-elles adaptées à leurs besoins ? Quelles sont les plus demandées, les plus appréciées ? C’est ce que ­ »La Gazette » et le Cnas ont cherché à savoir en interrogeant, pour la troisième année, des agents, élus et responsables de l’action sociale territoriale. Premier enseignement : si « seulement » la moitié (54 %) des agents bénéficiaires juge les prestations sociales proposées adaptées à leurs besoins, cette proportion est tout de même en hausse de 11 points par rapport à 2018.

Parmi les répondants estimant que ces prestations ne sont pas assez adaptées, près de six sur dix regrettent des « réductions peu avantageuses » et quatre sur dix soulignent le « manque de propositions liées à des partenariats locaux ». Sur ce point, des efforts semblent pourtant avoir été faits par les comités des œuvres sociales (ou d’action sociale) pour adapter leurs offres.

 

Les enfants d’abord, puis les vacances

« Nous adhérons à un groupement local de comités d’entreprise et d’amicales. A ce titre, pour huit euros par an, les agents disposent d’une carte leur ouvrant droit à des réductions auprès de prestataires locaux », illustre notamment Jean-Marie Frisé, président du comité d’action sociale de Vandœuvre-lès-Nancy (530 agents bénéficiaires, 29 800 hab., Meurthe-et-Moselle).

Selon les décideurs interrogés, les prestations les plus demandées sont celles liées aux enfants. Elles arrivent largement en tête, avec 50 % des répondants qui les classent en première position. Soit une hausse de 9 points par rapport à l’année dernière. Suivent les prestations « vacances » qui, a contrario, enregistrent une baisse de 11 points comparé à 2018. « Nous n’organisons pas de voyages, nous donnons la priorité aux coups de pouce financiers. Il faut rester dans le social », souligne Jean-Marie Frisé. Les prestations « enfants » sont également jugées les plus satisfaisantes du côté des agents bénéficiaires (à 74 %, soit 5 points de plus qu’en 2018), suivies des prestations liées à la culture (61 %) et aux vacances (61 %). « Les demandes les plus fréquentes concernent la billetterie et les remboursements des centres de loisirs sans hébergement, ainsi que les primes de naissances, de mariage ou de Pacs », rapporte Julie Labregère, responsable du comité des œuvres sociales de la ville et de la communauté urbaine de Limoges (20 communes, 3 800 agents bénéficiaires, 208 000 hab.).
A La Rochelle, la prestation la plus plébiscitée est une enveloppe familiale pour faciliter l’accès à la culture, aux pratiques sportives et artistiques, et aux loisirs. « Sur présentation de la facture ou du billet d’entrée, nous participons à hauteur de 20 % », indique Philippe Métais, directeur du comité d’action sociale et de loisirs (Casel) de la communauté d’agglomération de La Rochelle (lire ci-dessous).

Tendance à la précarisation

Les demandes de prestations de solidarité (participation aux frais d’obsèques, enfant handicapé, catastrophe naturelle…) sont en recul. Quatre décideurs sur dix les citent en cinquième et dernière position des prestations les plus demandées. Un résultat qui n’est peut-être pas sans lien avec les 53 % d’agents interrogés qui jugent ces prestations insatisfaisantes. Pas assez adaptées, elles ne trouvent pas preneurs.

Pour autant, et dans le même temps, 43 % des décideurs constatent une hausse des demandes d’aides financières (prêts, avances, secours…), au cours des cinq dernières années, soit une hausse de 5 points par rapport à 2018, signe d’une tendance à la précarisation des agents territoriaux. « On nous demande désormais des prêts à taux zéro pour les cautions. Au moment où tombent les taxes foncières, d’habitation et les factures d’eau nous enregistrons aussi, systématiquement, un boom des demandes de secours exceptionnels », observe Julie Labregère.

 

Meilleure connaissance des prestations

Parmi les principaux axes d’amélioration de la gestion de l’action sociale, les répondants citent en premier le panel de prestations, tout comme l’an dernier (45 % des décideurs et 50 % des bénéficiaires), l’ouverture des droits aux prestations à un plus grand nombre d’agents (25 % des décideurs et 20 % des bénéficiaires) et la communication (24 % des décideurs et 29 % des bénéficiaires). Sept agents sur dix affirment avoir connaissance des prestations auxquelles ils peuvent prétendre dans leur collectivité, en progression de 4 points par rapport à 2018. Cette hausse peut s’expliquer par une meilleure communication, notamment au moyen d’internet, avec 69 % des agents bénéficiaires qui déclarent être informés et conseillés sur l’utilisation des prestations grâce à un site (internet ou intranet). Ce chiffre grimpe de 12 points en un an. « Nous avons mis en place une application mobile avec des notifications ainsi qu’une newsletter. Grâce à cette modernisation, nous avons réussi à toucher davantage de jeunes et de familles », estime Philippe Métais. Les attentes des agents portent sur une amélioration des propositions relatives aux voyages et aux vacances (à 28 %), à la mise en place de Tickets-restaurant (à 16 %) et à de meilleures offres culturelles (à 15 %). Enfin, 30 % d’entre eux considèrent les prestations d’actions sociales comme une compensation à la modération salariale, comme en 2018.

Méthodologie : questionnaire auto-administré en ligne, réalisé du 4 au 29 mars 2019, auprès de 273 responsables de l’action sociale et 1 064 bénéficiaires, soit 1 337 répondants.

Quelques chiffres clés

  • 15 % des bénéficiaires interrogés utilisent davantage les prestations proposées par leur collectivité qu’il y a cinq ans.
  • 11 % des agents de la catégorie C sondés n’ont pas connaissance des prestations d’action sociale auxquelles ils peuvent prétendre.
  • 32 % des collectivités affectent entre 0 et 1 % de leur masse salariale brute à l’action sociale (soit 5 points de moins qu’en 2018), 21 % y consacrent entre 1 % et 1,5 % et seules 8 % y affectent plus de 2 %, selon les décideurs répondants.

 

« Avec notre fonctionnement, un maximum de bénéficiaires »

Philippe Métais

Philippe Métais

Philippe Métais, directeur du comité d’action sociale et de loisirs de la CA de La Rochelle (28 communes, 5 600 agents bénéficiaires, 168 700 habitants)

« Nous fonctionnons en partie comme un comité d’entreprise, 80 % des prestations sont accessibles à tous les agents, sauf ceux en contrats aidés de moins de trois mois, et les 20 % restant sont réservées à nos adhérents. Elles ouvrent droit à des voyages à l’international, à une carte de réductions auprès de prestataires locaux, donne accès à la garantie obsèques et à des avantages auprès des banques, assurances… Avec ce fonctionnement mis en place en 2016, un maximum d’agents bénéficient de nos prestations. Pour financer cette évolution, l’assiette de contribution des collectivités n’est plus calculée sur la masse salariale mais sur un pourcentage du chapitre 012 du compte administratif. Nous avons baissé la participation aux Chèques-vacances pour élargir notre panel de prestations. »

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les prestations d’action sociale mieux adaptées aux besoins des agents

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement