Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Covid-19

Vaccination : une urgence et des questions

Publié le 23/12/2020 • Par Nathalie Levray • dans : A la Une santé social, Actu Santé Social

vaccination senior covid-19
francescoridolfi.com
Un million de personnes vivant ou travaillant en établissements médico-sociaux est ciblé pour la première vague de vaccination, symboliquement lancée le 27 décembre prochain. Les difficultés liées à la logistique et au recueil de consentement notamment laissent penser que ce lancement est quelque peu précipité.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Une « évolution préoccupante de l’épidémie », selon Santé publique France, du fait d’un virus qui circule plus largement, près de 61 000 décès depuis le 1er mars dont la moitié de résidents des établissements médico-sociaux, une nouvelle souche en embuscade. C’est dire l’importance de la stratégie vaccinale et l’urgence à compléter la distanciation physique et les gestes barrières par le vaccin. Pourtant, comme à chaque nouveau dispositif depuis le début de la pandémie, la solution pour faire baisser la mortalité et les formes graves de la maladie, protéger les soignants et le système de soins met les nerfs à rude épreuve.

Un million de personnes ou plus ?

Alors que l’Agence européenne de santé a autorisé lundi 21 décembre le vaccin Pfizer, que la Haute autorité de santé devrait en faire autant ce jeudi, et qu’Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, annonce « le début de la campagne de vaccination française dimanche » 27 décembre, des inconnues subsistent. La date sera sans doute plus symbolique que réellement le point de départ de la campagne vaccinale. Dans son calendrier, le ministère annonce cette première étape, de janvier à février 2021, pour un million de personnes. Sont visés les résidents d’établissements, notamment des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), et les professionnels y exerçant et présentant un risque élevé en raison de leur âge (+ de 65 ans) ou de leurs pathologies. À noter que selon une enquête réalisée dans le réseau de la Fehap (6 894 réponses), 76 % des personnels refusent la vaccination et 19 % l’acceptent.

La liste établie pour ce premier tour de vaccination ne satisfait pas Roland Sicard, président de l’Institut de cancérologie Sainte-Catherine à Avignon : « je suis inquiet de ne pas voir dans cette première étape toutes les personnes immunodépressives qui sont également très fragiles et ont besoin de retrouver très vite une qualité de vie ». Elles seraient entre 5 et 10 millions selon l’échelle de fragilité retenue.

Circuit de livraison

Comment les vaccins seront-ils acheminés ? « L’enjeu logistique est considérable et la conservation à – 80 °C est un facteur de complexité supplémentaire », explique Roland Sicard. Pour respecter ces conditions de conservation, le Gouvernement a mis en place un circuit au départ du site de production de Pfizer. Les vaccins à destination des Ehpad transiteront par onze plateformes privées spécialisées dans le stockage à grand froid, qui livreront ensuite les pharmacies de ville et directement les établissements. Le circuit diffère pour les services accueillant des personnes âgées associés à un établissement hospitalier. Les vaccins sont livrés à cent établissements hospitaliers en mesure de stocker les vaccins à – 80 °C qui fourniront ensuite les vaccins aux structures. Dans un cas comme dans l’autre, les vaccins, une fois livrés à destination, ne peuvent être conservés entre 2 et 8 °C que cinq jours au maximum.

4 personnes âgées sur 10 dans l’incertitude

En outre, chaque bouteille livrée permet de vacciner cinq personnes. Il est donc important « pour éviter le gâchis », selon Laurent Levasseur, président de Bluelinea, de savoir combien de personnes veulent se faire vacciner dans chaque établissement. C’est d’ailleurs ce à quoi s’emploient les agences régionales de santé, chargées de mettre en musique les livraisons. Mais qui veut se faire vacciner ? Un sondage organisé par Bluelinea auprès de 1 000 personnes de plus de 75 ans vivant en Ehpad et à domicile dans toute la France montre que deux seniors sur dix souhaitent se faire vacciner et que quatre sur dix ne le veulent pas. Reste ainsi encore quatre personnes âgées sur dix dans l’incertitude. « Ils craignent les effets secondaires du vaccin et ils veulent absolument avoir un avis de leur médecin traitant », explique Laurent Levasseur.

Recueil du consentement

Le ministère a ainsi prévu une consultation médicale pré-vaccinale destinée à expliquer les risques liés au vaccin, ceux liés à l’état de santé de la personne en cas de Covid-19 et à recueillir ce consentement des personnes. Comment organiser ce recueil et le formaliser ? Selon un courrier signé le 14 décembre 2020 d’Olivier Véran et de Brigitte Bourguignon, ministre chargée de l’Autonomie, et adressé aux directeurs des établissements et à leurs médecins coordonnateurs, « la consultation devra être effectuée prioritairement par [les] médecins traitants », le cas échéant par téléconsultation. À défaut, le médecin coordonnateur ou un autre médecin procéderont à cette consultation en lien avec le médecin traitant. En unité de soins longue durée, c’est le médecin du service qui officiera. Le guide de vaccination du 22 décembre 2020 précise les modalités de la procédure d’information et de recueil du consentement. Reste à savoir comment seront traitées les personnes non vaccinées vivant en établissement et si elles garderont un accès sans restriction à l’ensemble des animations.

Consentement éclairé

Le consentement du candidat à la vaccination devra être « éclairé ». « C’est le rôle du médecin d’expliquer les effets secondaires du vaccin, le rapport bénéfice/risques pour le patient pour que le consentement soit éclairé », remarque Roland Sicard. Mais force est de constater, ce qui renforce le symbolisme de la date du 27 décembre, que « tout est trop frais pour avoir les éléments pour éclairer le patient. Le relais d’information ne pourra s’organiser que lorsque la Haute autorité de santé et l’Agence nationale du médicament auront délivré leurs résultats ». Enfin, comment sera recueilli le consentement éclairé des 40 à 60 % des résidents d’Ehpad, selon les établissements, souffrant de troubles cognitifs ? Pour ceux non pourvus de tuteur, la décision devrait être prise dans le cadre d’un collectif pluridisciplinaire sur la base d’une discussion avec la personne de confiance. Si elle a été désignée.

L’affaire, qui semble lancée de façon un peu précipitée pour les quelque 10 000 établissements concernés, est donc à suivre. Une certitude tout de même. Quand tout sera calé, les quelque 100 000 médecins généralistes que compte le territoire pourront absorber ce premier flux de personnes à vacciner deux fois en un peu plus d’un mois.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

PLFSS 2022 : qu’est-ce qui change pour les collectivités ?

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Vaccination : une urgence et des questions

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement