logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/625717/projet-de-loi-sante-une-derniere-annee-dinternat-en-desert-medical/

RÉFORME DE LA SANTÉ
Projet de loi Santé : une dernière année d’internat en désert médical ?
Catherine Maisonneuve | Actu expert santé social | France | Publié le 12/06/2019

Le Sénat a voté une mesure-phare de lutte contre les déserts médicaux : l’obligation pour les futurs généralistes de faire leur dernière année d’internat dans un désert médical.

StéthoscopeLe Sénat a voté ce 11 juin le projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé dont il a terminé l’examen des articles le 7 juin. Le texte avait été adopté le 26 mars par l’Assemblée nationale après engagement de la procédure accélérée.

Priorité aux zones sous-denses

Depuis longtemps, on le sait, les sénateurs penchent pour une dose de coercition à l’installation des médecins [1] pour lutter contre les déserts médicaux [2]. Profitant cette fois-ci du fait que le projet de loi amorce la réforme des études médicales par voie d’ordonnances, ils ont approuvé le 3 juin à une écrasante majorité de 311 voix pour et 16 voix contre, un amendement [3] du sénateur socialiste de l’Aisne Yves Daudigny proposant une mesure inédite : la dernière année du troisième cycle de médecine générale (et d’autres spécialités listées par décret, notamment l’ophtalmologie et la gynécologie), serait une « année de pratique ambulatoire en autonomie » réalisée en priorité dans les zones sous-denses.

Durant cette dernière année d’internat, les internes auraient alors le statut de médecin-adjoint, qu’ont actuellement ceux qui

POUR ALLER PLUS LOIN