Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme de la santé

Projet de loi Santé : une dernière année d’internat en désert médical ?

Publié le 12/06/2019 • Par Catherine Maisonneuve • dans : France

Stéthoscope
AdobeStock
Le Sénat a voté une mesure-phare de lutte contre les déserts médicaux : l’obligation pour les futurs généralistes de faire leur dernière année d’internat dans un désert médical.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le Sénat a voté ce 11 juin le projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé dont il a terminé l’examen des articles le 7 juin. Le texte avait été adopté le 26 mars par l’Assemblée nationale après engagement de la procédure accélérée.

Priorité aux zones sous-denses

Depuis longtemps, on le sait, les sénateurs penchent pour une dose de coercition à l’installation des médecins pour lutter contre les déserts médicaux. Profitant cette fois-ci du fait que le projet de loi amorce la réforme des études médicales par voie d’ordonnances, ils ont approuvé le 3 juin à une écrasante majorité de 311 voix pour et 16 voix contre, un amendement du sénateur socialiste de l’Aisne Yves Daudigny proposant une mesure inédite : la dernière année du troisième cycle de médecine générale (et d’autres spécialités listées par décret, notamment l’ophtalmologie et la gynécologie), serait une « année de pratique ambulatoire en autonomie » réalisée en priorité dans les zones sous-denses.

Durant cette dernière année d’internat, les internes auraient alors le statut de médecin-adjoint, qu’ont actuellement ceux qui

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Projet de loi Santé : une dernière année d’internat en désert médical ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement