Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Evaluation

Rendre la ville intelligente permet de faire des économies

Publié le 11/06/2019 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : Actualité Club finances, France

AdobeStock_95462512_ denisismagilov
denisismagilov / AdobeStock
Les projets numériques innovants contribuent à réduire les dépenses des collectivités, par exemple via un suivi efficace des consommations énergétiques. Pour ne pas laisser les acteurs privés capter les revenus qui pourraient émerger des services numériques aux usagers, les collectivités doivent garder la main sur la remontée et la gestion des données.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Ville économe

Le chiffre est éloquent : 92 %. Il représente la part des collectivités de plus de 5 000 habitants à avoir déjà lancé une initiative de ville intelligente, selon le baromètre 2018 du syndicat Syntec numérique sur la transition numérique des territoires. Avec des projets portant sur la mise en œuvre d’une gestion optimisée des infrastructures pour qu’elles soient communicantes, automatisées, durables et plus efficaces. En tête des déclencheurs, le renforcement du lien avec les citoyens (71 % des sondés) et la réduction des coûts (56 % des répondants, en progression de 18 points depuis 2017).

A travers ces programmes innovants, les aspects financiers prennent donc une nouvelle dimension. « Une partie du budget investi dans les caméras, les candélabres, les bornes d’accès dans la voirie, les équipements d’alarme, etc., aurait été dépensée de toute façon. Certains investissements ont d’ailleurs été retardés pour intégrer le projet de smart city, afin de les coordonner et de les rendre plus intelligents », explique Xavier Lenoir, copilote du projet « OnDijon ». Le modèle économique de cette initiative lancée au mois d’avril à la métropole de Dijon (23 communes, 251 900 hab.) se veut vertueux – générer des économies qui pourront être réinjectées par la suite dans de nouveaux services numériques grâce à ces installations intelligentes –, sans que, pour l’instant, soient avancés de chiffres précis.

Connaître en temps réel la température ou l’hygrométrie, la consommation d’électricité ou d’eau d’un bâtiment de façon à intervenir rapidement en cas d’anomalie, réguler le chauffage d’une salle selon qu’elle accueille les anciens pour la belote ou une activité sportive… est supposé engendrer des économies. Montpellier expérimente même un système de capteurs plantés dans le sol pour en connaître l’humidité. « Couplé à une application météo, ce dispositif permet de savoir s’il est nécessaire d’arroser ou non. A terme, c’est un service que nous pourrions également proposer aux habitants », indique Pierre Brice, chargé de la smart city à la ville et à la métropole de Montpellier (31 communes, 465 100 hab.).

Capteurs, écogestes, vidéosurveillance…

« Les projets énergétiques semblent pour l’instant être les plus rentables », soutient Jeanne Carrez-Debock, responsable du programme « smart city » à la Banque des territoires. Fondateur de Sensing Vision, une société qui propose des solutions innovantes en matière d’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires, de supervision des réseaux d’eau et d’internet des objets, Benoit Vagneur avance le chiffre de 20 à 40 % d’économies en jouant à la fois sur les écogestes, le suivi en temps réel des consommations et une gestion technique centralisée.

Dans le Cher, la ville de Saint-Amand-Montrond (9 800 hab.) teste, depuis 2013, un service de télé­relevé de capteurs communicants, M2OCity. Choisie comme ville pilote des communes de 10 000 habitants pour cette solution, elle a installé des capteurs de consommation d’énergie, de détection de fuites d’eau ou de véhicules pour limiter le stationnement à trente minutes sur certaines places de parking. Le tout à moindre coût, puisqu’il s’agissait d’expérimenter.

Retour sur investissement

« Depuis 2013, nous avons investi 30 000 euros et dépensé 12 000 euros en maintenance. Le retour sur investissement est apparu dès les premières factures et il se poursuit car nous continuons de nous équiper en capteurs. Parallèlement, les agents sont aussi sensibilisés aux écogestes », explique ­Véronique ­Mathevon, chargée de mission à Saint-Amand-­Montrond. Pour l’année 2018, les économies réalisées sur les factures de gaz et d’électricité atteignaient 117 300 euros par rapport à l’année précédente.

La communauté d’agglo du Grand B­esançon (68 communes, 193 200 hab.) s’est pour sa part lancée dans la gestion intelligente des déchets et a adopté une redevance incitative à la levée et à la pesée, pour un investissement de 3,5 millions d’euros en 2012 financé à près de 75 % par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise d’énergie. « La production de déchets est passée de 39 842 à 28 545 tonnes entre 2008 et 2018, le coût du tonnage incinéré s’élevant à 128,50 euros. Cette démarche a permis d’éviter la reconstruction d’un four – 50 millions d’euros – et a été accompagnée d’une refonte de la fréquence des collectes et d’une optimisation des tournées qui nous font économiser respectivement 200 000 et 50 000 euros », détaille Marie-Laure Journet Bisiaux, directrice de la gestion des déchets au Grand Besançon.

Nouvelles recettes

D’autres projets se révèlent également économes. A Saint-Amand-Montrond encore, 40 caméras de vidéosurveillance ont été installées, engendrant une nette baisse de l’enveloppe consacrée aux réparations de dégâts. Et Montpellier a calculé qu’en récupérant le quart des 25 % de vélos en libre service perdus chaque année, grâce à des puces, la collectivité gagnait douze mois d’exploitation du service.

Certaines initiatives génèrent quant à elles de nouvelles recettes, comme l’observatoire du stationnement de Strasbourg (279 300 hab.), qui, selon une étude ­Citizing-OpenCitiz, a produit 20 millions d’euros de gains financiers net, le ciblage des contrôles sur le stationnement entraînant une diminution de la fraude et une hausse des recettes des parcmètres. La commune de Chevaigné (2 280 hab., Ille-et-Vilaine) a équipé de capteurs les deux centrales photo­voltaïques installées sur son territoire. « Nous sommes avertis dès qu’une baisse de production est constatée, ce qui nous permet d’intervenir dans les meilleurs délais, par exemple si le système a disjoncté, et donc de ne pas perdre d’activité, alors que la perte de production pouvait, auparavant, s’élever jusqu’à deux ou trois semaines chaque année », poursuit David ­Gendron, conseiller municipal délégué, chargé de l’énergie.

« Dès 10 000 habitants, il est rentable de recruter un manager “énergie“ »

Portrait de Michel IRIGOIN, Directeur Energie Moyens Techniques de la ville de Montpellier.

Michel Irigoin, directeur « énergie et moyens techniques de la ville de Montpellier.

« La ville et la métropole disposent de 180 sites en télégestion, permettant de détecter d’éventuelles fuites, de contrôler la température dans les bâtiments ou la consommation d’énergie. Mais en amont, une collectivité a tout intérêt à scruter ses factures pour y déceler des erreurs d’index, des anomalies de consommation, etc. Nous avons calculé, avec l’Association des ingénieurs terri­toriaux de France, qu’il est rentable, dès 10 000 habitants, c’est-à-dire environ 500 000 euros de dépenses d’énergie, de recruter un ­manager “énergie“ : en gérant bien les factures de fluides, cela suffit à payer son salaire ! Nous allons bientôt disposer d’un nouvel outil pour automatiser le traitement des factures, ­récupérer des données issues de la facturation des fournisseurs et de la courbe de charge des compteurs. Dans cette perspective, les capteurs intelligents constituent un outil supplémentaire car ils offrent des analyses plus rapides que les factures et permettent d’intervenir en temps réel sur les anomalies. »

Dossier_GAZ23

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rendre la ville intelligente permet de faire des économies

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement