logo
DOSSIER : Smart city : les clés de la ville intelligente
Dossier publié à l'adresse https://www.lagazettedescommunes.com/625064/la-ville-selon-google-est-elle-transposable-en-france/

VILLE INTELLIGENTE
La ville selon Google est-elle transposable en France ?
Romain Mazon | actus experts technique | Dossiers d'actualité | France | Publié le 11/06/2019 | Mis à jour le 13/06/2019

Une délégation d’élus, de territoriaux et d’experts français de la data et des stratégies smart city a rencontré fin avril l’équipe de Sidewalk Labs - la filiale d’Alphabet, maison mère de Google - chargée par les autorités canadiennes d’aménager une friche de 5 hectares en bord de lac, à Toronto.

quayside-sidewalklab-une

Pas franchement impressionnés, mais pas rassurés non plus, les membres d’une délégation d’élus locaux, d’agents territoriaux et d’experts français, après la visite, fin avril du quartier de Quayside, à Toronto [1] (1) [2], organisée par le cabinet CIVITEO [3] et le canadien Open North (Nord Ouvert, en français) [4].
Il y a presque 2 ans, Waterfront, une autorité publique canadienne qui réunit le gouvernement canadien, la province de l’Ontario et la ville de Toronto, a confié l’aménagement de cette friche de 5 ha en bord de lac à Sidewalk Labs [5], une filiale d’Alphabet, la maison-mère de Google.

Est-ce là que se conçoit la ville du futur ? En tout cas, le hangar qui sert de démonstrateur n’a rien d’impressionnant. Maquettes, post-it, dessins sur les murs…, on est loin de la ville technologique représentée dans le moins visionnaire des films de science-fiction. Une modestie d’ailleurs peut-être voulue, après de premières critiques contre les visées technosolutionnistes prêtées à l’équipe chargée de concevoir le projet.

Très au fait des contestations qui se développent, à Toronto et ailleurs, sur la gouvernance de ce futur quartier high tech, l’équipe de Sidewalk Labs présente un projet à taille humaine, et vertueux, bien loin des craintes que suscitent les pratiques de cet autre « ogre » des données personnelles qu’est Google, après Facebook.

« Créer de la qualité de vie, pas de la technologie »

« Nous aurons des voitures autonomes, qui éviteront les ralentisseurs et rendront le domaine public plus accessible. Nous croyons que le domaine public doit être dynamique, que les gens en profitent. La technologie peut y aider, mais nous ne voulons pas de la technologie pour elle-même. On veut créer de la qualité de vie, pas de la technologie », insiste Jesse Shapins, directeur des relations publiques à la délégation.

A quoi doit ressembler un appartement fonctionnel dans le futur quartier de Quayside, à Toronto ?

A quoi doit ressembler un appartement fonctionnel dans le futur quartier de Quayside, à Toronto ?

Mais, parce qu’il y a un mais, « parfois, utiliser les données permet d’améliorer le

POUR ALLER PLUS LOIN