Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances

Quand les swaps sont aux mains des juristes

Publié le 06/06/2019 • Par Clémence Villedieu • dans : A la Une finances, Actu experts finances, Actu juridique, Décryptages finances, France

Pascale Cornut St-Pierre Professeure adjointe à la Faculté de droit d'Ottawa
DR
Avec un recours massif aux instruments dérivés, les swaps, qui s’accompagnent d’une contractualisation systématique, ont acté la place centrale des juristes dans les marchés financiers. Reste à savoir si cela est une bonne chose pour les clients.

Pascale Cornut St-Pierre, Professeure adjointe à la Faculté de droit d’Ottawa a publié en 2019 un ouvrage intitulé « La fabrique juridique des swaps » ; reprenant sa thèse soutenue l’année précédente à l’Ecole de droit de sciences Po Paris applaudie par deux Prix d’excellence universitaire. La chercheuse a mis en avant, que, contrairement aux idées préconçues, le marché financier n’est pas déréglementé. Au contraire.

Dans votre ouvrage, vous examinez à la loupe les swaps. Vous parlez tout autant d’un simple changement entre deux index connus comme de produits dérivés avec des formules plus obscures ?

Les swaps sont une grande famille d’instruments financiers, qui vont d’instruments relativement simples (échange d’un taux d’intérêt fixe pour un taux d’intérêt flexible, par exemple) à des instruments beaucoup plus complexes (basés sur des formules à plusieurs variables, ou dont le profil change lors de l’atteinte de certains paliers, etc.). Or, tous les swaps, simples ou complexes, utilisent le même modèle de contrat, auquel je me suis intéressée dans mon livre.

Vous décrivez la montée en puissance de l’influence internationale des juristes avec les contrats de swaps. Cette démonstration est-elle applicable aux collectivités françaises ?

Les marchés de swaps comptent parmi les plus fortement mondialisés. Les conditions auxquelles les collectivités françaises accèdent à ces instruments financiers ne diffèrent donc pas substantiellement de celles imposées aux collectivités territoriales d’autres pays. J’ai été amenée à m’intéresser au cas particulier des collectivités françaises lorsque j’ai étudié le contentieux auquel ont donné lieu les swaps, avec l’affaire des « emprunts toxiques ».

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quand les swaps sont aux mains des juristes

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement