logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/624336/a-quoi-reconnait-on-une-bibliotheque-accessible-aux-personnes-handicapees/

BIBLIOTHÈQUES
A quoi reconnaît-on une bibliothèque accessible aux personnes handicapées ?
Hélène Girard | Actualité Culture | Documents utiles | Publié le 04/06/2019

Dans le cadre de son projet Bibliothèques-inclusives.fr, la société de conseil Tosca consultants, spécialiste des systèmes d’information pour les bibliothèques, a mis en ligne un document recensant les caractéristiques d’un équipement de lecture publique dont les locaux et les ressources imprimés et numériques sont accessibles aux personnes handicapées.

elypse-AdobeStock-lecture-aveugle-bibliotheque-UNE

Des ouvrages numériques adaptés au handicap visuel, des DVD en audio-description, un site web conforme au Référentiel général d’accessibilité pour les administrations [1] (RGAA), une configuration des locaux permettant une circulation facile aux lecteurs à mobilité réduite, des loupes grossissantes etc.  La liste des conditions que doit remplir une bibliothèque pour pouvoir prétendre être accessibles à tous est très longue et loin d’être suivie par tous les équipements.

Pour aider les bibliothécaires à y voir plus clair et mettre en œuvre une démarche d’accessibilité dans leur équipement, le site Bibliothèques-inclusives.fr [4], créé par la société Tosca consultants, spécialiste du logiciel pour bibliothèque, passe en revue les critères à prendre en compte, propose  une compilation de ressources documentaires dispersées sur la Toile, ainsi que quelques productions originales publiées sous creative commons.

Si le handicap visuel vient spontanément à l’esprit, il est loin d’être le seul à considérer. Les autres handicaps en matière de lecture (dyslexie, troubles de l’apprentissage), mais aussi l’autisme, les handicaps mentaux et moteurs doivent aussi être abordés.

« Chacun doit pouvoir utiliser et jouir des locaux de la bibliothèque dans des conditions de commodité et de confort adaptées à leur finalité », rappellent les auteurs. Un impératif depuis la loi [5]  « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » du 11 février 2005. A cette obligation légale s’est ajouté le RGAA [1] pour les sites web, document opposable depuis mai 2012.

A terme, les auteurs comptent aborder tous les types de démarches d’inclusion des publics potentiels des bibliothèques : en faveur des détenus, illettrés, éloignés de la culture…

 

 

 

 

REFERENCES


POUR ALLER PLUS LOIN