logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/623230/prime-de-precarite-et-apprentissage-quel-cout-pour-les-collectivites/

PROJET DE LOI FONCTION PUBLIQUE
Prime de précarité et apprentissage : quel coût pour les collectivités ?
Claire Boulland | A la Une RH | France | Toute l'actu RH | Publié le 24/05/2019 | Mis à jour le 24/07/2019

Depuis les débats sur la réforme de la fonction publique à l’Assemblée nationale, les employeurs territoriaux insistent pour faire les comptes. Car entre la prise en charge de l’apprentissage à hauteur de 75% par le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) et l’instauration de la prime de précarité pour certains contractuels, les caisses et, de facto, les agents en subiraient les conséquences. On sort les calculettes !

Combien coûtera réellement la prime de précarité ? Nul ne le sait vraiment. En séance publique à l’Assemblée nationale, l’embarras régnait. Olivier Dussopt, secrétaire d’État en charge de la fonction publique l’a évalué à 410 millions d’euros. La rapporteure Emilie Chalas (LREM, Isère), à « un demi milliard ». Un gap non négligeable. Selon d’autres sources à l’Assemblée, le montant serait même plus élevé ne s’agissant que de la territoriale. Mais sur quoi se base-t-on ?

  • Réforme de la fonction publique : la prime de précarité estimée à 410 millions d’euros par an

La seule certitude à ce stade de l’examen du projet de loi de transformation de la fonction publique, c’est que le dispositif doit toucher entre 180 000 et 220 000 agents sous contrat d’un an maximum qui gagnent autour de deux Smics ...

POUR ALLER PLUS LOIN