Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Statut

Les agents momentanément privés d’emploi en 10 questions

Publié le 16/11/2021 • Mis à jour le 16/11/2021 • Par Sophie Soykurt • dans : Statut, Actu juridique, France, Toute l'actu RH

Mauvaise nouvelle lors
A.Sokolov/AdobeStock
Faute de reclassement, l'agent public dont l’emploi est supprimé est maintenu "en surnombre" pendant un an. Il est ensuite pris en charge par le centre de gestion ou le Centre national de la fonction publique territoriale. Le point sur la situation statutaire du fonctionnaire momentanément privé d'emploi ou "incidenté de carrière".

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

01 – Dans quels cas les agents peuvent-ils être momentanément privés d’emploi ?

La fonction publique territoriale repo­se sur un système de carrière. Aussi, les agents momentanément privés d’emploi ou « inci­dentés de carrière » sont pris en charge par les centres de gestion (CDG) ou, dans certains cas, par le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT).

Les fonctionnaires territoriaux peuvent être momentanément privés d’emploi en raison d’une décharge de fonctions (fin de détache­ment ou d’une disponibilité, par exemple) ou d’une suppression de leur emploi. Dans ces circonstances, les agents sont pris en charge selon les modalités fixées par les articles 97 et suivants de la loi du 26 jan­vier 1984, modifiés sur ce point par la loi du 6 août 2019 de transformation de la fonc­tion publique (art. 78), afin de poursuivre l’encadrement de la situation de ces agents, entamé en 2016.

02 – Que se passe-t-il pour l’agent « incidenté de carrière » ?

Dès lors qu’un emploi est susceptible d’être supprimé, l’autorité territoriale recherche les possibilités de reclassement du fonc­tionnaire concerné (loi n°84-53, art. 97). Si la collectivité ou l’établissement ne peut pas lui offrir un emploi correspondant à son grade dans son cadre d’emplois ou, avec son accord, dans un autre cadre d’emplois, le fonctionnaire est maintenu en surnombre pendant un an (lire la question n°3).

Au terme de ce délai, il est pris en charge par le centre de gestion territorialement com­pétent ou par le CNFPT s’il relève de l’un des cadres d’emplois de catégorie A aux­quels renvoie l’article 45 de la loi du 26 jan­vier 1984.

  • Cette prise en charge prend fin après trois refus d’emploi. Une seule offre d’emploi émanant de la collectivité ou de l’établissement d’origine ne saurait être prise en compte dans ce décompte (lire la question n° 8). De plus, le CDG ou le CNFPT peuvent mettre fin à la prise en charge d’un fonc­tionnaire qui n’a pas respecté, de manière grave et répétée, les obligations prévues par l’article 97 (lire la question n° 3), en particulier les actions de suivi et de reclasse­ment mises en oeuvre par l’autorité de ges­tion. Dans ce cas, le fonctionnaire peut être placé en disponibilité d’office ou, le cas échéant, admis à la retraite.

En outre, lorsque l’agent est momentanément privé d’emploi en raison d’une décharge de fonc­tions prise en application de l’article 53 de la loi du 26 janvier 1984 (fin d’emploi fonc­tionnel), il peut demander à être pris en charge avant le terme du délai d’un an. Il est alors fait droit à sa demande le premier jour du troisième mois suivant sa demande.

  • Voir les offres d’emploi

03 – Que se passe-t-il pendant la période de surnombre ?

Pendant cette période d’un an, tout emploi créé ou vacant correspondant au grade de l’agent, dans la collectivité ou l’établisse­ment, lui est proposé en priorité. En outre, la collectivité ou l’établissement public employeur, la délégation régionale ou inter­départementale du CNFPT et le CDG exa­minent, chacun pour ce qui le concerne, les possibilités de reclassement de l’agent.

Ces différents acteurs doivent également étudier la possibilité de détachement, ou d’intégration directe du fonctionnaire sur un emploi équivalent d’un autre cadre d’em­plois au sein de la même collectivité ou de l’établissement.

  • La loi du 8 août 2019 a introduit la pos­sibilité d’un reclassement dans l’un des trois versants de la fonction publique : ainsi, sont également examinées les possibilités d’activité « sur un emploi correspondant à son grade ou un emploi équivalent dans l’un des versants de la fonction publique » (loi n°2019-828, art. 78 ; loi n°84-53, art. 97).

04 – Existe-t-il une procédure à suivre pour la prise en charge de l’agent ?

Un emploi ne peut être supprimé qu’après avis du comité social territorial (ancienne­ment comité ...

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Domaines juridiques

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Initier et piloter une démarche de transformation par le cloud : l’exemple de Radio France

de Capgemini

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les agents momentanément privés d’emploi en 10 questions

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement