Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Europe

L’autonomie fiscale des collectivités, un combat franco-français

Publié le 24/05/2019 • Par Cédric Néau Clémence Villedieu Frédéric Ville Gaëlle Ginibrière Pascale Tessier • dans : A la une, A la Une finances, Actu experts finances, Europe

Fotolia_91103710_XS2
Fotolia Alex_Po
Les collectivités locales françaises veulent sanctuariser leur autonomie fiscale dans la Constitution pour garantir leur libre administration. Elle n’est pourtant pas très développée dans la plupart des collectivités européennes, parfois très puissantes.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Prêts à bondir. Tous les acteurs locaux et leurs soutiens fourbissent leurs armes pour garantir l’autonomie fiscale des collectivités, à la faveur d’une possible prochaine révision constitutionnelle, avortée l’an dernier. Depuis la révision de 2003, dans laquelle est consacrée une bien trop large définition des ressources propres des collectivités au goût des élus locaux, ceux-ci sont prêts à soutenir, comme ce fut le cas en 2018, toute initiative parlementaire visant à restaurer leur indépendance fiscale et, dans leur esprit, leur pouvoir de décision. Mais l’érosion de l’autonomie fiscale engagée depuis des années, et qui s’accentue aujourd’hui avec la disparition de la taxe d’habitation, leur donne l’impression qu’ils ne disposent aujourd’hui que d’une liberté de gestion, subordonnée aux transferts financiers de l’Etat.

Impôts partagés

En conséquence, les élus locaux désignent coupables l’Etat et l’Europe, en raison de ses injonctions budgétaires et de désendettement, de museler leur liberté d’administrer leur territoire et crient à la recentralisation déguisée. Pourtant, rien dans l’histoire récente des collectivités françaises n’a montré le lien vertueux entre autonomie fiscale et décentralisation puisque la première recule au fur et à mesure que la seconde progresse. Pour évaluer cette relation, il faut chercher des exemples ailleurs, loin de l’éternel duel entre Jacobins et Girondins. Les élections européennes sont en effet l’occasion de comparer la situation hexagonale avec celle de ses voisins. Or il apparaît que l’autonomie fiscale tant réclamée par les collectivités françaises ne constitue pas forcément l’indicateur le plus significatif du niveau de liberté des gouvernements locaux chez nos partenaires de l’Union européenne Ainsi, en Allemagne, l’autonomie fiscale des Länder et des communes est assez faible. Les recettes des collectivités locales proviennent pour 57,2 % (52,5 % en France) d’impôts partagés avec l’Etat fédéral et des impôts propres (impôts locaux avec pouvoir sur les taux ou sur les bases).

Article réservé aux abonnés Gazette & Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Comment mettre la donnée au service des politiques publiques ?

de La Gazette des communes

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’autonomie fiscale des collectivités, un combat franco-français

Votre e-mail ne sera pas publié

Philippe Laurent

27/05/2019 08h56

Cette analyse est incomplète, car elle n’inclut pas les dimensions institutionnelles. Or, les finances publiques, la répartition des ressources fiscales et la capacité de lever l’impôt sont étroitement liées aux questions institutionnelles et d’organisation des pouvoirs locaux, dans leur rapport avec le pouvoir central. En France, les collectivités locales s’administrent certes « librement », mais « dans le cadre de la loi ». Or, la loi, c’est le Parlement, mais en fait la majorité de l’Assemblée nationale et finalement le président de la République compte tenu du quinquennat et de l’inversion du calendrier électoral (funeste décision). Il n’y a donc pas de fait de « libre administration ». La seule autonomie dont peuvent disposer les conseils locaux élus, c’est l’autonomie de fixer le niveau de ressources, donc l’autonomie fiscale. Dans d’autres pays, comme l’Allemagne, les collectivités sont mieux protégées par le droit de véto de fait du Sénat allemand sur certaines décisions impactant les finances locales, et notamment la répartition des grands impôts entre l’Etat fédéral et les länder. L’accord est donc absolument nécessaire à la bonne marche des choses. En France, absolument rien de tel, les choses sont imposées.
Il ne faut donc pas examiner ce genre de choses uniquement sous l’angle technique, mais aussi sous l’angle politique et apprécier véritablement le degré de libre décision et d’autonomie politique. En France, celle-ci est de plus en plus réduite. C’est l’une des grandes faiblesses du pays.

HERMES

03/06/2019 09h40

Un article très intéressant qui remet à leur place les enjeux et libertés des collectivités locales.
La démonstration est claire: il n’est pas nécessaire de disposer d’une forte autonomie fiscale pour administrer un territoire!

Il serait bon que les élus dont ceux représentant les grands partis prennent en compte ce qui existe par ailleurs en Europe. Cela ne devrait pas être très difficile étant donné que pour la plupart elles viennent du même moule, ayant suivi des chemins très parallèles!
Souvent ces personnes ont été député, sénateur, exécutif d’une grande collectivité, ministre… avec bien entendu des objectifs politiques différents.

Mais elles peuvent toutes se retrouver dans cette affirmation: il n’y a qu’un seul contribuable – le citoyen. Ainsi quand on prélève toujours plus auprès de certains contribuables, cela pénalise la consommation et l’investissement.

Aujourd’hui tout comme hier, il est de bon ton de réduire la base de contribution à l’impôt sur le revenu, tout comme on réduit le nombre de citoyens participants aux dépenses des collectivités locales.
Ce ne sont pas de bonnes mesures.
On éloigne en fait celui qui bénéficie des largesses de celui qui en assume la charge.

Je suis plutôt favorable à la mise en place d’un impôt national et d’un impôt local que tout le monde paye en fonction de sa capacité contributive et parallèlement à la réduction de toutes les taxes qui accablent notamment ceux qui n ‘ont pas les moyens de les supporter.

On est loin de s’engager sur ce chemin vertueux.

Je ne partage pas le point de vue de « Philippe Laurent » car si on peut comprendre son point de vue, il ne faut pas oublier que ceux qui nous représentent sont parfois dans la majorité et parfois dans l’opposition. Pour au temps, cela ne change rien sur le fonctionnement de nos institutions.
Il me semble donc que notre problème ne vient pas de nos institutions mais de nos habitudes d’un autre temps que l’on nomme souvent par « politique politicienne ».

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement