logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/622695/fonction-publique-le-spectre-de-lecartelement/

[EDITO] RÉFORME DE LA FONCTION PUBLIQUE
Fonction publique : le spectre de l’écartèlement
Romain Mazon | France | Publié le 24/05/2019 | Mis à jour le 22/05/2019

Avec le projet de loi de transformation de la fonction publique, le gouvernement engage un pari dangereux. En généralisant l’ouverture aux contractuels, il soumet en effet les principes fondateurs de la fonction publique au risque de l’écartèlement.

Image Dossier Réforme de la fonction publique

 

Avec le projet de loi de transformation de la fonction publique, le gouvernement engage un pari dangereux. En généralisant l’ouverture aux contractuels, il soumet en effet les principes fondateurs de la fonction publique au risque de l’écartèlement. Dans les temps anciens, ce châtiment consistait à attacher les membres du supplicié à quatre chevaux qui chacun tirait dans une direction, finissant par écarteler la victime.

Valeurs

Les débats à l’Assemblée sont le reflet de cette tension entre, d’une part, la volonté de « moderniser la fonction publique », notamment en déverrouillant largement le recours aux contractuels, et d’autre part, la préservation réaffirmée des valeurs et principes portés par le statut.

Ainsi, les restrictions aux embauches de contractuels sont levées dans de nombreux cas, mais le texte crée une procédure de recrutement pour garantir l’égal accès aux emplois publics, et une obligation d’assurer la publicité des vacances et créations d’emplois. Quelle sera la réalité de ces protections dans les communes de moins de 1 000 habitants où le recours aux contractuels devient totalement ouvert ?

Boîte de Pandore

Autre tension : au moment où la direction générale de l’administration et de la fonction publique organise des réunions de travail pour enrayer la perte d’attractivité des concours (le nombre de candidats aux concours d’administrateur est passé de 1 145 à 628 entre 2014 et 2018 !), quel est l’intérêt de se préparer à ces difficiles épreuves si les mêmes postes peuvent être pourvus par des contractuels ?

Enfin, que faut-il penser de la création d’une prime de précarité, avancée toutefois limitée aux contrats de moins d’un an ? Le gouvernement n’est-il pas en train d’ouvrir, dans le public, une boîte de Pandore qu’il tente de refermer dans le secteur privé ? Et comment concilier cette nouvelle charge, évaluée entre 400 et 600 millions d’euros, avec la contrainte de limiter la hausse des dépenses de fonctionnement à 1,2 % ?
Les « assouplissements » introduits par le gouvernement vont mettre à rude épreuve, à n’en pas douter, la toile tissée par le statut. Jusqu’à la déchirer ?

POUR ALLER PLUS LOIN