Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • L’accueil d’enfants handicapés dans les centres de loisirs, une question de volontarisme

Enfance

L’accueil d’enfants handicapés dans les centres de loisirs, une question de volontarisme

Publié le 29/05/2019 • Par Prisca Borrel • dans : France, Innovations et Territoires

Enfant handicapé et accompagnant
Rawpixel Ltd./Adobestock
La mission nationale accueils de loisirs et handicap a recensé 77 centres de loisirs et crèches ultra-inclusifs, dont 5% initiés par des communes. Ces lieux accueillent enfants valides et handicapés à parité, afin de palier une situation nationale désastreuse. En France, les enfants handicapés représentent 0,28% des effectifs. L’obstacle à franchir est économique, le surcoût atteignant 9,39 euros par heure et par enfant pour les centres de loisirs, et 5,15 euros pour les crèches.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Dans le centre Joëlle-Prudhomme, à Rueil-Malmaison, l’art-thérapeute Déborah Vincent accompagne le coup de pinceau des enfants bien au-delà du cadre, comme s’il était sur le point de prendre son envol. Son credo ? « La libération du geste. » Un poste très inhabituel en accueil de loisirs, et pour cause ! Rueil-Malmaison (78 200 hab., Hauts-de-Seine) est l’une des deux seules du pays, avec Paris, à être gestionnaire d’accueils de loisirs ouverts aux enfants handicapés et valides à parité. Créé en 2005, celui-ci est un pionnier du genre. « A l’époque, c’est un groupe de parents qui en a eu l’idée. Ils sont allés à la rencontre du maire, et ils l’ont convaincu », résume Catherine Meunier, coordinatrice « loisirs et handicap » à la mairie de Rueil-Malmaison.

Taux d’encadrement renforcé

Dès le départ, l’objectif était d’accueillir une trentaine d’enfants de 6 à 12 ans les mercredis et durant les vacances scolaires. Rapidement, en plus des cinq animateurs et des deux directeurs ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’accueil d’enfants handicapés dans les centres de loisirs, une question de volontarisme

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement