Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Ressources humaines

Lois, labels… de timides avancées vers l’égalité femmes-hommes

Publié le 22/05/2019 • Par Gaëlle Ginibrière • dans : Dossiers d'actualité, France, Toute l'actu RH

egalite-femme-homme-balance-une-
Ricochet64 - stock.adobe.com
Dans un contexte où les mentalités évoluent encore trop lentement, la législation et les labels font peu à peu progresser l’égalité femmes-hommes.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

 

Un chapitre entier du projet de loi de transformation de la fonction publique est consacré à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Le seuil d’application du dispositif de nominations équilibrées qui impose 40 % de primo-nominations de chaque sexe devrait s’étendre aux collectivités de plus de 40 000 habitants, contre 80 000 habitants auparavant. « Mais pourquoi pas un seuil de 20 000 habitants ? » regrettait Nathalie Pilhes, présidente d’Administration moderne, association interministérielle des femmes hautes fonctionnaires, auditionnée le 4 avril par la délégation parlementaire aux droits des femmes.

D’autres mesures reprennent des dispositifs déjà existants, comme la mise en place de jurys équilibrés comportant au moins 40 % de personnes de chaque sexe ou la rédaction d’un rapport de situation comparée pour toutes les collectivités de plus de 20 000 habitants, assorti de l’obligation d’établir un plan d’actions pluriannuel. « La seule réelle progression concerne le maintien de l’avancement de carrière pendant les congés parentaux », pointe Sylvie Guinand, de la CGT Fédération des services publics.

Pour les organisation syndicales, les restrictions budgétaires qui entourent le projet de loi sont, elles, porteuses de régressions, en contradiction avec l’égalité. « Le reste du projet accentue la précarité avec le développement des contrats qui concernent davantage les femmes ou la remise en cause du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail qui intervient sur la pénibilité, souvent attachée à des métiers féminins », note ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article fait partie du Dossier

Femmes-Hommes : l'inégalité, ce n'est pas une fatalité

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Lois, labels… de timides avancées vers l’égalité femmes-hommes

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement