Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Commande publique

Moins juridique, plus économique, la politique d’achat en quête d’efficacité

Publié le 21/05/2019 • Par Christine Berkovicius • dans : Actu juridique, Innovations et Territoires, Régions

Passation d'appels d'offres de marchés publics
AdobeStock
La nouvelle approche adoptée par Clamart doit permettre d’optimiser la dépense, mais également d’obtenir de meilleures offres des entreprises. Pour cela, la ville évalue ses fournisseurs grâce à une revue de contrat.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

[Clamart (Hauts-de-Seine) 52 400 hab.] Jouer la transparence avec les fournisseurs. C’est la voie, longtemps taboue, explorée depuis quelques mois par la ville de Clamart pour repenser l’organisation de sa commande publique. Objectif : optimiser la dépense (environ 40 millions d’euros par an pour une centaine de marchés), mais aussi attirer les meilleurs fournisseurs en inspirant davantage confiance.

Autrement dit, mettre en place un processus « gagnant-gagnant » afin de sortir d’un pilotage jusqu’alors essentiellement juridique des marchés. « Nous souhaitons plus d’efficacité, pour obtenir la meilleure réponse possible de la part des entreprises », précise Véronique de La Touanne, conseillère municipale chargée des marchés publics.

Pour y parvenir, la commune a décidé d’instaurer une évaluation de ses fournisseurs grâce à une « revue de contrat » qui intervient lors du renouvellement ou de l’expiration des marchés, ou de façon ponctuelle quand des difficultés apparaissent au cours de l’exécution. Les entreprises sont notées sur neuf, sur la base d’une grille élaborée en interne autour de trois grands sujets : la qualité, les délais et les prix.

 Comment le marché s’est-il déroulé ?

Les entreprises sont également convoquées à un entretien pour évoquer la façon dont le marché s’est déroulé, les éléments positifs et les points noirs, par exemple « des devis transmis hors délais ou des prestations mal exécutées ». En cas de problème, un plan d’action est proposé.

L’idée n’est pas de punir l’entreprise, « mais de faire en sorte qu’elle s’améliore », précise Franck Barrailler, directeur de la commande publique depuis mars 2018. Le dispositif a été systématisé au 1er  janvier dernier et la procédure semble bien accueillie, tant par les services prescripteurs de l’achat que par les entreprises.

En contrepartie, la ville a elle aussi pris des engagements. Le 21 février, elle a signé la charte « Relations fournisseur responsables ». Là encore la démarche est innovante, puisque quinze collectivités seulement, dont quatre communes, ont paraphé ce document, contre près de 2 000 entreprises et organismes privés. Ce texte, conçu en 2010 par la Médiation des entreprises et le Conseil national des achats, décline dix points tels que la prise en compte du coût global dans le choix du fournisseur et la mise en place d’indicateurs.

Certification qualité

Si la charte vise à instaurer une relation équilibrée et durable entre entreprises et administrations, l’ambition de Clamart est plus large. La ville a engagé une démarche de certification qualité ISO 9001 pour son service de la commande publique, qui devrait aboutir l’an prochain, au terme de quatre années de travail.

Et sa politique d’achat a été validée par le maire, Jean-Didier Berger, sur la base de trois grands axes qui intègrent ces nouvelles pratiques : sécurisation des procédures, relations avec les fournisseurs et intégration d’une démarche de responsabilité sociale des entreprises (RSE).

Conséquence, la commande publique « se trouve désormais légitimée comme pilote de la relation fournisseur », résume Franck Barrailler. Un rôle à la fois central et transversal qui devrait lui permettre d’agir à la manière d’un vrai « business partner » au profit des autres directions, dans le but de satisfaire ses clients internes.

Contact. Franck Barrailler, directeur de la commande publique, franck.barrailler@clamart.fr, 01.46.62.35.35.

 

« Les échanges avec les entreprises sont très constructifs »

Magalie Turpin, acheteuse juriste à la mairie de Clamart

« Pour assurer les revues de contrat, nous nous sommes réparti la tâche entre acheteurs juristes au sein du service de la commande publique. Les échanges avec les entreprises se révèlent très constructifs, à plus d’un titre. Cela nous apporte une meilleure connaissance des marchés. Nous sommes informés de leur exécution et disposons d’un retour sur expérience. Nous avons aussi une meilleure connaissance des besoins, ce qui contribue à instaurer un climat général de confiance avec nos fournisseurs. Enfin, nous nous montrons plus réactifs en cas de dysfonctionnement et nous proposons des solutions. La démarche est donc motivante pour l’entreprise, qui va pouvoir améliorer son offre à l’avenir, mais aussi pour nos services. »

Domaines juridiques

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Moins juridique, plus économique, la politique d’achat en quête d’efficacité

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement