Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Violences conjugales

Contre les violences il faut des approches différenciées

Publié le 01/12/2020 • Par Solange de Fréminville • dans : A la Une santé social, Dossier Santé Social

PT-DE-VUE_178
D.R.
Ernestine Ronai, coprésidente de la commission « violences » du Haut Conseil à l’égalité, et Ghada Hatem, médecin chef de la Maison des femmes à Saint-Denis, s’efforcent d’améliorer le repérage et l’accompagnement des femmes victimes de violences conjugales et de leurs enfants. Elles témoignent de l’importance du travail partenarial.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Repérer les victimes, les amener à s’exprimer, n’est-ce pas la principale difficulté ?

Ernestine Ronai : Aucune femme n’a la tête de l’emploi, cela ne se voit pas sur son visage. C’est pourquoi il faut questionner systématiquement les femmes rencontrées, que l’on soit médecin, sage-femme, travailleur social, psychologue, etc. : « Avez-vous vécu des violences ? à la maison ? au travail ? dans votre enfance ? » Le fait de savoir que les violences existent, d’être en capacité de l’entendre, cela ouvre la parole. Pas forcément tout de suite. Souvent, les femmes reviennent sur le sujet dix minutes après, ou bien plus tard. Comme c’est une question que je pose à tout le monde – ce que je leur précise –, je ne stigmatise personne. Quand j’étais psychologue scolaire, plus je posais ces questions ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Contre les violences il faut des approches différenciées

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement