Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elections européennes

Pour trouver des panneaux, les maires se retroussent les manches

Publié le 13/05/2019 • Par Brigitte Menguy Laura Fernandez Rodriguez • dans : France

affiche-panneau-electoral-affichage-election-scrutin-affiche-listes
Adobe Stock
Lundi 13 mai a officiellement démarré la campagne pour les élections européennes qui se tiendront le 26 mai prochain. Problème : avec 34 listes candidates, les maires doivent rivaliser d’imagination et sortir la boîte à outils pour fournir des panneaux électoraux en nombre suffisant.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A deux semaines des élections européennes, la presse quotidienne régionale se fait la caisse de résonance d’une difficulté à laquelle ont été confrontés de très nombreux édiles : fournir assez de panneaux électoraux – traditionnellement, les structures métalliques proches de chaque bureau de vote – pour les 34 listes candidates, un nombre record.

Branle-bas de combat

Première option, de bon sens, diviser les panneaux en deux afin d’y faire figurer deux affiches, comme l’a évoqué la préfecture des Alpes-Maritimes, a repéré Nice Matin. Le journal rapporte qu’à Fontan (352 habitants, dans les Alpes-Maritimes), le maire Philippe Oudot s’y est attelé.

Autre possibilité impliquant de mouiller (encore davantage) l’écharpe : le contreplaqué, les panneaux en bois, l’utilisation de façades de riverains… « C’est le branle-bas de combat dans toutes les communes ! », comme l’a résumé Jacques Cornec, président des maires ruraux du Bas-Rhin, à France Bleu. Et tant pis s’il faut faire feu de tout bois.

A Bernardvillé (commune de 230 habitants dans le Bas-Rhin) le maire Hugues Petit a raconté à France Bleu avoir dû recourir à du bois « pas cher, du sapin, qui ne tient pas longtemps mais comme c’est pour quelques jours », car sa commune ne disposait que de dix panneaux électoraux métalliques.

Réduire les lieux d’affichage

Pour faire face au manque de panneaux, certains édiles négocient le nombre de lieux d’affichage. Le maire de Parçay-Meslay (commune de 2289 habitants en Indre-et-Loire), Bruno Fenet, a ainsi réduit les lieux d’affichage de 4 à 2, en l’occurrence la mairie et la salle des fêtes. « La préfecture tolère cela », a-t-il assuré à La Nouvelle République. Un autre édile a confié au journal avoir utilisé les panneaux métalliques en recto verso, ce qui est pourtant interdit.

Ironie du scrutin, même si les maires bricolent, comme Hubert Degrève à Tubersent (498 habitants, dans le Pas-de-Calais) qui compte « fixer sur des piquets » de « grandes plaques de contreplaqué », comme il l’a expliqué à La Voix du Nord, il se peut que plusieurs panneaux restent vides… Toutes les listes n’ayant pas la force de frappe de diffuser en masse toutes leurs affiches.

Pragmatique, Vanik Berberian, président de l’AMRF, a proposé sur Twitter une solution assez radicale pour solutionner ce casse-tête.

Mais que disent les textes ?

Dans une circulaire du 18 avril 2019, le Ministère de l’Intérieur détaille les différentes règles matérielles d’organisation et de déroulement des élections européennes du 26 mai issues de la loi du 25 juin 2018. Une partie de la circulaire est consacrée à l’affichage électoral qui détaille tant les dimensions obligatoires des panneaux que les endroits d’emplacement.

Et sur le nombre obligatoire de panneaux, la circulaire est claire : « Dans l’hypothèse où un nombre important de listes venait à se présenter à l’élection […] et que vous ne disposeriez pas d’un nombre de panneaux suffisants, rien ne s’oppose à ce que vous scindiez en plusieurs parties les panneaux d’affichage dont vous disposez ». A la condition, précise le texte, que les parties réservées à chaque liste soient de tailles identiques, que la taille de  chaque partie permette l’apposition des petites et grandes affiches prévues à l’article R.27 du code électoral et que la scission envisagée respecte l’ordre des listes prévu par tirage au sort. A noter que la circulaire précise que la scission s’effectue de manière verticale.

Enfin, en cas de pénurie de panneaux d’affichage, les mairies sont également invitées à réaliser elles-mêmes les panneaux – en respectant les dimensions imposées par le texte – selon «  des modèles et des matériaux différents ». Encore faut-il trouver des cartons assez grands…

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Les préalables à la certification des comptes des collectivités locales

de Experts Comptables

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pour trouver des panneaux, les maires se retroussent les manches

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

14/05/2019 07h54

« …A la condition, précise le texte, que les parties réservées à chaque liste soient de tailles identiques, que la taille de chaque partie permette l’apposition des petites et grandes affiches prévues à l’article R.27 LL »
Et il se passe quoi quand les maires décident de découper des petits panneaux en ne laissant pas la place suffisante ?
Les affiches se superposent et c’est la foire d’empoigne.
Quand on a la chance d’afficher entre deux « absents » de l’affichage, ça se passe bien mais quand on est entouré de « furieux »… ça laissera des traces !
Dans ma ville, la moitié des demi-panneaux sont en-dessous de la taille suffisante !
Et pourtant, ce n’est pas une petite ville avec peu de moyens…
En plus, pour cette élection, la maire n’a rajouté aucun panneau d’affichage libre comme cela se faisait à chaque scrutin et ça limitait l’affichage sauvage ; cette année, RIEN !
Manifestement, cette élection est faite pour pousser à l’abstention ; on risque d’atteindre des records…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement