Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Santé Social

Lutte contre l'exclusion

Combien de sans-abris ? Comment les villes organisent le recensement

Publié le 13/05/2019 • Par Alexandre Léchenet • dans : Actu expert santé social, France

SDF-pauvrete-sans-abri-UNE
jean-louis Zimmermann / Flickr CC
Après Paris et Metz en 2018, rejoints par Grenoble, Rennes et Toulouse cette année, Montpellier est la sixième métropole à organiser (dans la nuit du 13 au 14 mai) un recensement de ses personnes sans-abri. Des Nuits de la solidarité qui permettent une meilleure connaissance du terrain et un pilotage plus affiné des offres d’hébergement.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Pourquoi faire un recensement des sans-abris ? « On ne peut pas bâtir une politique d’hébergement pour les sans-abris sans en connaître le nombre », explique le député LRM de l’Hérault, Nicolas Démoulin. Il vient de rendre début mars les conclusions de son groupe de travail sur l’hébergement d’urgence. Sa première proposition est d’«organiser des nuits de la solidarité dans toutes les métropoles, au minimum deux fois par an, selon un cahier des charges uniformisé au niveau national ». Cette connaissance locale des personnes sans logement devrait être un préalable à toute politique publique, estime-t-il. Et permettre d’aller un peu plus loin que les chiffres du 115 et des refus opposés par celui-ci.

«En ayant fait ce recensement, on rentre dans une dynamique positive, se félicite Daniel Rougé, adjoint au maire chargé de la solidarité à Toulouse, où les premiers résultats viennent d’être dévoilés. C’est une des mesures de “Logement d’abord” de mieux connaître la population concernée ». Le recensement n’est cependant qu’une première étape, souligne Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre : « Donner un chiffre permet d’établir un objectif : tant qu’il y a des personnes sans-domicile, il faut trouver des solutions.»

Organiser une Nuit de la solidarité

Les Nuits de la solidarité rassemblent les différents acteurs du logement, ainsi que des

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Santé Social

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Santé Social pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Santé Social

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Combien de sans-abris ? Comment les villes organisent le recensement

Votre e-mail ne sera pas publié

Club Santé Social

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement