Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Environnement

Transition écologique, biodiversité : le double discours de l’éxécutif

Publié le 07/05/2019 • Par Arnaud Garrigues • dans : A la une, actus experts technique, France

elysée2
L'Elysée
Ce lundi 6 mai, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont occupé le devant de la scène au sujet de la transition écologique et de la biodiversité. Mais les grandes déclarations sont toujours aussi peu suivi d'effets. Du reste, les associations de collectivités ne se sont pas cachées pour le rappeler aux deux têtes de l'exécutif, en appelant à leur donner les moyens pour accompagner les citoyens dans la transition écologique.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’écart est grand entre les récentes déclarations du Premier ministre et du président de la République, et la réalité des faits. C’est ce qui ressort des informations qui se sont télescopées ces derniers jours.

Lancement d’une mobilisation nationale et territoriale

Ce lundi 6 mai, Edouard Philippe lançait en effet la « mobilisation nationale et territoriale pour l’emploi et les transitions écologique et numérique », accueillant une cinquantaine de délégations d’associations d’élus, d’organisations syndicales et patronales, ainsi que des associations de la société civile. Mais au-delà des grandes ambitions affichées, de ce « changement de méthode » voulu par le Premier ministre pour donner plus de place aux corps intermédiaires, pas grand-chose de nouveau à se mettre ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : les pièges à éviter

de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Transition écologique, biodiversité : le double discours de l’éxécutif

Votre e-mail ne sera pas publié

cchocho

09/05/2019 09h15

Et si on profitait de ce « flottement » pour remettre à plat la PPE, laquelle à part le nucléaire traité avec bon sens, préconise pour les autres sources d’énergie à peu près le contraire de ce que la lutte contre le réchauffement climatique devrait nous imposer de faire. On sent à plein nez l’influence des lobbies et le blocage des mandarins qui refusent de se remettre en cause. La carrière, n’est-ce pas, ou l’égo. Le monde bouge tous les jours et depuis 10 ans, rien de nouveau en France dans le domaine de l’énergie,sans parler des outils numériques modernes qui crédibilisent des filières qu’on croyait obsolètes pour toujours. Résultat des courses: une incohérence totale et on ne sait plus où l’on habite. Commençons donc par faire une enquête sérieuse sur les technologies non pas matures parce qu’en ce cas pas besoin d’enquête, mais des technologies qui sont dans les starting bloks et qui n’attendent que le coup de feu de départ : une simple prise en compte par ce que tous les intervenants décisionnaires en France de la qualité et de l’intérêt des modes nouveaux ou anciens rénovés de production d’énergie de type si possible pilotable. L’ecologie, le réchauffement climatique, l’économie et les dépenses du pays, l’emploi, tous, tous, tous ont à gagner à cette attitude ouverte. Pardon, il y aura des perdants, les vieilles solutions et les « marchands » soutenus par des lobbies puissants et ayant leurs entrées partout parce qu’ils n’ont que ça à faire. Les inventeurs, dans le même temps, inventent. Vous voulez une conséquence pratique de la façon dont on traite la production d’energie. Je vais vous en donner au moins une et que je connais bien puisqu’elle est un frein terrible au développement de ma propre proposition: la conversion à la biomasse des centrales charbon. La meilleure décision à prendre, c’est de les arrêter d’abord, puis de s’asseoir autour d’une table, d’examiner toutes les autres solutions, de réfléchir, de choisir les meilleures et de les tester en dépensant le moins d’argent possible pour lever les doutes.

HERMES

09/05/2019 09h48

Je lisais récemment un article dans le journal Le Monde concernant la position d’une commune dont le 1er adjoint est écologiste: d’un côté elle invite un papou à présenter ses observations sur l’écologie, la biodiversité; brefs elle montre très clairement qu’elle est pour la fin de la déforestation…
Et en même temps, dans le cadre de sa piscine municipale elle fait installer un sol en ipé venant de la forêt primaire du Brésil.
Bien entendu, les élus affirment qu’ils se sont entourés de toutes les sécurités concernant ce bois; sauf que la société qui a fourni ce matériau est parfaitement consciente que malgré toutes les précautions, elle n’est pas certaine que ce bois soit irréprochable. En clair, il s’agit peut-être de bois dont la certification laisse à désirer.

L’article que je viens de lire m’inspire la même logique: quand les actes seront-ils en accord avec les propos?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement