logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/620527/protection-de-lenfance-trois-inspections-generales-passent-50-infanticides-a-la-loupe/

PROTECTION DE L’ENFANCE
Protection de l’enfance : trois inspections générales passent 50 infanticides à la loupe
Catherine Maisonneuve | Actu expert santé social | Actu experts prévention sécurité | France | Publié le 06/05/2019

Tous les cinq jours en France un enfant meurt des mauvais traitements de ses parents, et encore ce chiffre est-il (largement ?) sous-estimé. Trois inspections générales viennent de remettre leur rapport pour améliorer le fonctionnement des services sociaux, médicaux, éducatifs et judiciaires.

119-enfants-dangerMarina, Fiona, Bastien… Le meurtre d’un enfant par ses parents provoque toujours une intense émotion et suscite inévitablement la même question « comment se fait-il que ? »  Comment se fait-il que les services sociaux (le plus souvent), l’école, les voisins, la police, la justice…n’aient rien vu/rien fait.

Dans le cadre du plan interministériel [1] de mobilisation et de lutte contre les violences faites aux enfants de mars 2017, leurs trois ministres de tutelle d’alors avaient demandé aux Inspections générales des affaires sociales, de la justice et de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche d’effectuer un recensement sur cinq ans des décès d’enfants survenus dans la sphère familiale et d’analyser de façon approfondie les circonstances et enchaînements ayant conduit à ces décès. Elles ont rendu leur rapport [2] le 25 avril sous l’angle du fonctionnement des services sociaux, médicaux, éducatifs et judiciaires concourant à la protection de l’enfance.

Le premier recensement national jamais effectué

En l’absence de recueil systématique de données, la mission des Inspections s’est adressée aux juridictions pour établir le premier recensement national jamais effectué. Au total, entre 2012 et 2016, 363 morts violentes ont été comptabilisées, soit 72 par an. Un enfant décède tous les cinq jours des mauvais traitements de ses parents, et dans la moitié des cas il a moins d’un an – un nombre sous-estimé qui ne tient pas compte du « chiffre noir » des néonaticides non révélés et des bébés victimes du syndrome du bébé secoué non diagnostiqué. Dans la plupart des cas, les familles

POUR ALLER PLUS LOIN