Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[ÉDITORIAL] Fonction publique

Le débat escamoté des effectifs de fonctionnaires

Publié le 03/05/2019 • Par Romain Mazon • dans : France

macrcon_allocution
Public Senat
Cela peut paraître contre-intuitif, mais l’on ne peut pas se réjouir de l’annonce, par le président de la République, de l’abandon possible de la baisse de 120 000 postes de fonctionnaire sur le quinquennat.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cela peut paraître contre-intuitif, mais l’on ne peut pas se réjouir de l’annonce, par le président de la République, de l’abandon possible de la baisse de 120 000 postes de fonctionnaire sur le quinquennat. « Je demanderai au gouvernement d’ici à l’été d’examiner si l’objectif de baisse de 120 000 est tenable. J’assume de l’abandonner si ce n’est pas tenable », a déclaré Emmanuel Macron le 24 avril lors de sa conférence de presse.

Contradiction

Par ces quelques mots, il semble enterrer ce qui constituait l’un des marqueurs de son quinquennat, mais ne clarifie pas comment l’Etat et les collectivités doivent se réformer. En la matière, on se souvient du programme AP 2022, qui devait justement déterminer, d’abord, de quels services publics les Français avaient besoin et avec quel niveau de qualité, avant d’ajuster les effectifs. Un processus vertueux, sur le papier.

Ce débat-là, fondamental, en phase avec les revendications issues du grand débat, est escamoté. La section AP 2022 sur le site du gouvernement n’a plus été modifiée depuis octobre 2018, et c’est Emmanuel Macron, seul, qui fixe maintenant un cap. Sauf que ce n’est pas une cohérence qui se dégage de ce cap, mais plutôt une contradiction.

Décision venue d’en haut

On voit mal, en effet, comment le gouvernement tiendra ses objectifs de baisse de la dépense publique face aux nouvelles ambitions présidentielles de présence territoriale des services publics. Mettre les services publics essentiels à trente minutes de voiture de tous les Français a un coût. La création de quelque 1 200 maisons France service pour équiper chaque canton (846 sont déjà équipés) demandera des postes, sans compter qu’elle fleure bon la « décision venue d’en haut » contre laquelle le gouvernement prétend lutter.

Dans le même temps, Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des comptes publics, assure que « nous aurons peut-être quelques milliers de différences entre les annonces du Président et les 120 000 », mais « nous continuerons de baisser le nombre d’emplois publics ». Alors, où va-t-on ? La question mériterait assurément (encore) un débat.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Les préalables à la certification des comptes des collectivités locales

de Experts Comptables

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le débat escamoté des effectifs de fonctionnaires

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement